Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

De plus en plus de tests contre le coronavirus en Creuse : " Ici le nombre de demandes a doublé !"

-
Par , France Bleu Creuse

De plus en plus de personnes décident de se faire tester pour savoir si elles ont ou pas le COVID 19 en Creuse. Au laboratoire Astralab de Guéret, le nombre de rendez-vous pour faire des tests a doublé depuis fin juillet.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Noémie Philippot

Anne sort tout juste de son test COVID 19. Cette médecin n'a pas beaucoup apprécié sentir passer le long coton tige que le laborantin lui a mis dans le nez. "_Je dirais pas que c'est très douloureux, mais c'est vraiment pas agréable_." Elle est venu se faire tester pour protéger ses patients. "C'est une demande de la direction générale de la santé, je trouve ça bien parce que j'ai des patients fragiles.

Juste à côté d'elle, Nadège, la secrétaire médicale. Derrière son comptoir, elle voit de plus en plus de patients venir se faire tester. "Rien qu'une vingtaine ce matin. Hier on en a eu 42." Pour elle, le tournant c'était vraiment fin juillet dernier. "On a des gens inquiets, des gens qui viennent parce qu'ils reprennent le travail, et même certains touristes.

J'espère qu'on pourra garder le rythme" - Patrice Perroux, docteur biologiste.

Ce qui fait le plus peur au docteur biologiste, Patrice Perroux, c'est la rentrée. "Là, je pense qu'on va voir arriver encore plus de monde, explique-t-il. Il va falloir redoubler d'efforts." Sa consommation de gants, et de masques ne cesse d'augmenter. "J'espère qu'on va pas en manquer. L'autre grosse contrainte c'est le temps. On doit donner des résultats dans les 24 à 48 heures. J'espère qu'on pourra garder le rythme si le nombre de personnes continue d'augmenter." Du côté de l'agence régionale de santé le discours est rassurant. Il n'y a aucun risque d'embouteillage. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess