Santé – Sciences

Décembre 2016: le mois de décembre le plus sec depuis 45 ans en Mayenne

Par Camille André, France Bleu Mayenne et France Bleu vendredi 30 décembre 2016 à 7:15

La Mayenne connait son mois de décembre le plus sec depuis 45 ans.
La Mayenne connait son mois de décembre le plus sec depuis 45 ans. © Maxppp - Christian Watier

L'année 2016 se termine sur une sécheresse record. Ça fait 45 ans que Météo-France n'avait plus relevé une humidité si faible dans les sols mayennais, pendant un mois de décembre. Le manque de pluie n'est pas seul en cause d'après les experts.

"Si l'on regarde uniquement la pluviométrie sur les 12 derniers mois, on constate un léger déficit, de l'ordre de 5 à 10%", explique Matthieu Dauphin, prévisionniste-conseil au centre météorologique d'Angers avant de préciser: " Mais la cause de cette sécheresse c'est surtout la répartition des précipitations au cours de l'année." En 2016, l'automne a en effet été très sec et les nappes phréatiques n'ont pas pu se remplir comme d'habitude.

"Du coup, l'indice d'humidité du sol atteint des valeurs extrêmement faibles en décembre, quasi-record, puisque la dernière référence d'une telle sécheresse remonte à 1971" assure Matthieu Dauphin.

Il n'y a pas qu'en Mayenne que les sols manquent d'eau. Décembre 2016 s'annonce comme le mois le plus sec depuis plusieurs décennies dans de nombreuses régions de France. Sur certaines villes comme Embrun (Hautes-Alpes) ou Chambéry, il n'est pas tombé une seule goutte depuis le début du mois, précise Météo-France sur son site internet. Des records d'ensoleillement devraient aussi être battus d'ici à la fin de l'année, à Paris, Tours, Blois, Limoges, ou encore Rouen, estime Météo-France.

Situation inquiétante en Mayenne, mais qui peut encore être rattrapée

"Cette sécheresse peut encore être compensée, tempère Matthieu Dauphin, en trois mois, on peut parfois aller du très sec, au très humide" assure le prévisionniste, à condition bien entendu que les précipitations soient importantes pendant les mois de janvier, février et mars. Pour le moment, rien ne permet de l'affirmer puisque les prévisions saisonnières sur trois mois à l'échelle d'un département ou même d'une région n'existent pas.

Quant aux prévisions des prochains jours: une dégradation est attendue à partir de lundi 2 janvier, sur la Mayenne. "Mais cela ne devrait pas changer la donne puisqu'il ne s'agit que d'une petite ondée pluvieuse" assure Matthieu Dauphin.

Les autres chiffres de la météo 2016 à Laval

Les températures: Globalement l'année 2016 reste dans les moyennes. Seul le mois de septembre sort vraiment du lot. Le thermomètre a affiché en moyenne 2,5°C de plus que les normales de saison. "On a eu onze jours en septembre, avec des températures maximales supérieures à 25 °C, et trois au dessus de 30 °C. C'est exceptionnel pour Laval", assure Matthieu Dauphin.

L'ensoleillement : la station météo de Laval a aussi relevé 1753 heures d'ensoleillement cette année.

Le vent: la rafale maximale de l'année à Laval a été relevée le 28 mars : 106,6 Km/h. Cette nuit là, Météo-France avait placé sept départements du nord-ouest en vigilance orange vent violent.