Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Décès à l'Ehpad de la Rosemontoise : ce que dit le rapport d'enquête interne

L'Agence régionale de santé a rendu son rapport d'enquête dans le dossier de l'Ehpad de La Rosemontoise de Valdoie où 30 résidents et une soignante sont décédés durant la crise du coronavirus. L'ARS pointe des dysfonctionnements.

L'ARS pointe des dysfonctionnements dans son rapport d'enquête interne.
L'ARS pointe des dysfonctionnements dans son rapport d'enquête interne. © Maxppp - Michael DESPREZ

Deux mois après la crise qui a touché l'Ehpad de la Rosemontoise, à Valdoie, dans le Territoire de Belfort, l'ARS dévoile les conclusions de son rapport d'enquête interne. En avril, 30 résidents et une soignante de cet établissement pour personnes âgées dépendantes sont décédées, en pleine crise du coronavirus. 

40% d'absentéisme sur les postes d'aides-soignants

Premier point noir : les consignes sanitaires n'ont pas été respectées, reconnaît l'Agence régionale de santé, que nous avons pu contacter. Les soignants entraient par exemple dans les chambres des résidents sans protection, alors que des masques avaient été mis à disposition par les autorités, mais la direction n'a pas transmis les consignes.

Deuxième problème soulevé par le rapport : le manque de personnel avec 40 % d’absentéisme sur les postes d'aides-soignants. Des postes de cadres indispensables à la gestion de la crise n'étaient pas pourvus. S'ajoute à cela un turn-over important au niveau de la direction, dans les mois qui ont précédés la crise.

Troisième faille constatée : le manque de communication. En interne, les ordres donnés par la direction aux soignants n'étaient pas clairs. Les contacts avec les familles n'était pas assez fluides et réguliers, indique encore l'Agence régionale de santé.

Deux nouveaux administrateurs provisoires

La mise sous tutelle de l'Ehpad est donc renouvelée pour deux mois. Depuis le mois d'avril l'ARS et le Conseil Départemental avaient pris en charge la gestion de la maison de retraite, qui accueille 115 personnes âgées. Deux directeurs provisoires avaient été nommés pour cette mise sous tutelle. Depuis lundi, un nouveau binôme a été mis en place pour deux mois.

Françoise Betoulle ex-directrice des soins à l’Hôpital Nord Franche-Comté après une carrière d’infirmière en EHPAD, ex-directrice et formatrice à l’institut de formations en soins infirmiers de Belfort, et Robert Creel, directeur général de l’association -Les Bons enfants- Pôle gérontologique Claude Pompidou à Belfort, sont les nouveaux administrateurs provisoires.

Rapport définitif d'ici au 7 août

Le nouveau binôme, qui doit rendre un rapport définitif avant le 7 août, doit d'ici là consolider le fonctionnement de la maison de retraite et recruter du personnel soignant. "L'administration provisoire a géré l'urgence de la crise sur les deux premiers mois", explique à France Bleu Belfort Montbéliard Damien Patriat, directeur de l'autonomie à l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche Comté. Leur mission est désormais de "structurer l'établissement pour l'été".

Il faut recruter et sécuriser le volet ressources humaines (ARS)

Le risque de canicule est "une hypothèse", "donc il faut recruter et sécuriser le volet ressources humaines", poursuit Damien Patriat. "Il faut d'autre part mettre les jalons pour aller vers la phase trois, qui est une stabilisation durable de l'établissement", et "remédier aux dysfonctionnements qu'on a pu constater avec un opérateur qui pourrait gérer l'ensemble de l'établissement et lui redonner un projet de façon durable et sereine, en lien avec les familles".

A la fin de la mise sous tutelle, l'Ehpad de La Rosemontoise devrait être confié à un nouveau gestionnaire. Jusqu'à présent, c'est l'association Servir 90 qui s'en chargeait. L'association est sous le feu des critiques depuis le début de la crise. L'ancienne maire de Valdoie, Corinne Coudereau avait porté plainte, et les familles des résidents étaient montées au créneau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess