Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mission "Alpha", la deuxième aventure de Thomas Pesquet dans l'espace

Décollage de Thomas Pesquet : "Un grand moment d'émotion", témoigne sur place l'eurodéputé Christophe Grudler

L'eurodéputé du Territoire de Belfort Christophe Grudler a assisté au décollage de Thomas Pesquet et trois autres astronautes vendredi, depuis le centre spatial de Cap Canaveral, en Floride. Il raconte sur France Bleu Belfort-Montbéliard ce "moment historique", vécu depuis le site de la Nasa.

L'eurodéputé Christophe Grudler a assisté au décollage depuis le site d'observation de la Nasa, à quelques kilomètres de la capsule.
L'eurodéputé Christophe Grudler a assisté au décollage depuis le site d'observation de la Nasa, à quelques kilomètres de la capsule. - Christophe Grudler

"On avait les jambes qui tremblaient, juste avant et juste après le décollage", raconte Christophe Grudler, eurodéputé du Territoire de Belfort et rapporteur pour son groupe du programme spatial européen. Il a pu assister au décollage, vendredi 23 avril, de la capsule Crew Dragon de la société Space X, avec à son bord l'astronaute français Thomas Pesquet, deux autres Américains et un Japonais, qui a eu lieu à Cap Canaveral en Floride, à 5h49 heure locale. C'est le deuxième voyage du Français vers la Station spatiale internationale, où il doit passer six mois. "C'était un grand moment d'émotion, un moment historique", explique Christophe Grudler. "C'est la première fois qu'un Européen est lancé par l'une de ces fusées réutilisées. Il y avait énormément de tension et d'appréhension parce qu'on n'est jamais sûr de tout à 100%. "

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le député européen a regardé le décollage depuis la terrasse panoramique du site d'observation de la Nasa, à quelques kilomètres du site de décollage, entouré des spécialistes de la Nasa, de l'Agence spatiale européenne et de l'agence européenne. "A mesure que le compte à rebours défilait, la tension montait, on pensait à ces êtres humains dans la capsule", décrit-il. "On a vu une boule de feu monter dans le ciel, d'abord dans le silence. Et puis il y a eu ce brouhaha impressionnant. Juste après, c'est l'onde de choc qui est arrivée jusqu'à notre balcon. J'avais déjà vu ça à la télé mais c'était la première fois que je voyais un lancement pour de vrai. C'était vraiment un spectacle saisissant !"

"C'est politiquement important"

"On a bien vu ensuite la trajectoire que prenait la capsule, un peu sur la gauche pour prendre la direction de son orbite", continue l'eurodéputé terrifortain. "A chaque fois qu'un étage se détachait, ça se manifestait par des nuages de fumée qui sortaient en arc de cercle. L'angle de vue devait être meilleur à la télé, mais sans doute beaucoup moins fort en émotions." Une émotion toute particulière pour Christophe Grudler, rapporteur pour le groupe Renew Europe du programme spatial européen. "Ce n'est pas seulement un projet américain, c'est un projet international avec l'Amérique, le Japon et l'Agence spatiale européenne. L'Europe cherche vraiment à être un acteur de premier plan dans le domaine spatial, c'est politiquement important", affirme Christophe Grudler.

Le député européen a d'ailleurs pu rencontrer Thomas Pesquet, 24 heures avant son décollage. "C'est une personne avec un charisme incroyable, d'un calme absolu et d'une attention totale", explique-t-il. "On pourrait croire qu'il est un peu blasé, il voit beaucoup de monde. Mais pas du tout ! Pour lui, l'ISS est une étape. Et on va tout faire pour qu'en 2028, il soit le spationaute européen qui ira autour de la Lune. Mais il faut déjà qu'il réussisse sa mission."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess