Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Neuf "ambassadrices et ambassadeurs" dans les rues de Grenoble pour rappeler les gestes barrières

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Ils sont étudiants ou suivis par la mission locale jeunes. Ils sont déployés depuis lundi dans les rues de Grenoble pour faire des "piqûres de rappel" sur les gestes barrières. Une opération qui va durer jusqu'à fin juin et s'inscrit dans la campagne "Restons mobilisé-es" de la Ville de Grenoble.

Mathilde, Erwann et Mohammed, "ambassadeurs des bons gestes" dans les rues de Grenoble
Mathilde, Erwann et Mohammed, "ambassadeurs des bons gestes" dans les rues de Grenoble © Radio France - Véronique Saviuc

"Bonjour, je suis un des ambassadeurs de la Ville de Grenoble et chargé de vous rappeler qu'il faut toujours respecter les gestes barrières.". Mohammed, un lycéen de 19 ans en Bac Pro Electricité et suivi par la Mission Locale de Grenoble, fait partie des neuf jeunes chargés, en binômes, de sillonner les espaces publics pour rappeler les "bons gestes" aux Grenoblois en période de déconfinement

Certains reconnaissent respecter "un peu moins" les consignes sanitaires

Il s'adresse à un jeune homme qui s'apprête à traverser la gare de Grenoble avec son vélo. et qui avoue respecter un peu moins les consignes sanitaires depuis le 11 mai : "Quand je vois du gel hydroalcoolique, je me nettoie les mains. Mais comme je n'en ai pas sur moi, le reste du temps, je ne le fais pas", reconnaît le cycliste. "Vous pouvez prendre du savon",  lui répond Mohammed en lui tendant un tract qui récapitule les "bons gestes" : distanciation sociale, porter un masque, se laver les mains etc..

Le message principal : faire attention aux petits gestes du quotidien et se laver les mains

Le jeune homme, comme les 8 autres "ambassadeurs" et "ambassadrices", a été formé par la Croix-Rouge pour délivrer les messages importants dans les rues de Grenoble jusqu'à fin juin. "Ce qu'il faut comprendre", leur a dit Laurent Bourque, directeur adjoint local de la Croix-Rouge à Grenoble, "c'est que ce sont les petits gestes de la vie quotidienne qui paraissent anodins qui peuvent transmettre le virus, se serrer la main, s'embrasser.  Il va falloir faire une croix dessus pendant un petit moment. Il ne faut pas que ça devienne une psychose, mais il faut faire attention". 

"Il ne faut pas hésiter à se laver les mains aussi souvent que possible" - Laurent Bourque, directeur adjoint de la Croix-Rouge de Grenoble

Pour ce spécialiste des gestes de premiers secours et de prévention, le message principal à faire passer c'est la nécessité de se laver les mains aussi souvent que possible. "On ne peut jamais trop de laver les mains, il ne faut pas hésiter à le faire souvent, c'est la meilleure façon de casser la chaîne de transmission du virus". 

"Le port du masque est plutôt bien respecté" - Mathilde, étudiante en droit et "ambassadrice des bons gestes"

Mathilde est étudiante en droit et a participé au projet Emergences de la Ville de Grenoble destiné à donner la parole aux jeunes et à valoriser leurs talents. Aujourd'hui , sa mission d'ambassadrice, c'est d'aller au-devant des habitants dans tous les quartiers,  et surtout dans les lieux où les gens se rassemblent, les parcs et jardins, les abords des écoles, les marchés ou la gare. "On est allés à Mistral, à la Villeneuve, à Saint-Bruno. Le port du masque est plutôt bien respecté. On leur rappelle qu'il faut garder 1 mètre ou 1.50 mètre avec les autres,  et surtout tout désinfecter, toutes les choses qui sont touchées par d'autres". 

Des ambassadeurs plutôt bien reçus par la population

Erwann, étudiant en IUT, trouve que les ambassadeurs sont plutôt bien reçus : "Souvent les gens, le prennent bien. Ils sont contents de nous voir parce qu'on est là en mode "piqûre de rappel" pour leur rappeler que le Covid est toujours présent, mais si l''épidémie est en train de baisser". 

"On casse les clichés sur la jeunesse" - Erwann, étudiant en IUT et "ambassadeur des bons gestes"

Erwann trouve aussi important de donner une autre image des jeunes : "La jeunesse qui se déplace pour promouvoir les bons gestes, ça montre aux gens qu'on est n'est pas des flemmards. Tous les clichés sur la jeunesse, on les brise. Et c'est ça que je trouve magnifique"

"Apprendre à aborder des gens qui peuvent être réticents, c'est une expérience utile pour leur vie professionnelle future" -Maryvonne Boileau, présidente de la Mission locale à Grenoble

Pour Maryvonne Boileau, la présidente de la Mission locale à Grenoble, cette expérience dépasse la simple transmission des "bons gestes" pour les jeunes, comme Mohammed repérés pour devenir "ambassadeur" de la Ville de Grenoble. "Les jeunes de la Mission Locale ont soit quitté l'école depuis un certain temps, soit recherchent un emploi ou un stage. Et tout ce qu'ils font en allant à la rencontre des autres, c'est utile, bien sûr, pour les gestes barrières , mais c'est aussi utile pour toute leur vie professionnelle future. "

Une opération qui s'inscrit dans la campagne de la ville de Grenoble "Restons Motivé-es"

"C'est apprendre à aborder des gens qui peuvent être un peu réticents, et les convaincre de l'importance d'adopter ces gestes-là pour se protéger et protéger les autres. Leur expliquer cela, c'est plus intéressant qu'uniquement leur rappeler qu'ils risquent une amende de 135 euros s'ils ne portent pas le masque". Cette opération fait partie de la campagne de communication "massive" "Restons Motivé-es" mise ne place par la Ville de Grenoble depuis le début du déconfinement le 11 mai dernier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu