Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : à l'hôpital de Montélimar, "la hantise d'un nouvel afflux de patients Covid"

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

La cheffe des urgences de l'hôpital de Montélimar salue le plan de déconfinement progressif présenté par le Premier ministre car elle craint un afflux de patients avec un déconfinement trop rapide. Elle estime, cependant, que le masque devrait être rendu obligatoire.

Urgences hospitalières - illustration
Urgences hospitalières - illustration © Radio France - Jean-François Fernandez

"Les mesures annoncées sont vraiment un déconfinement progressif et ça me semble aller dans le bon sens", réagit la cheffe des urgences de l'hôpital de Montélimar après la présentation du plan de déconfinement ce mardi après-midi par le Premier ministre, Edouard Philippe. Pour Catherine Busseuil, c'est une bonne chose de ne pas avoir de déconfinement trop rapide car elle craint que la situation dégénère à nouveau. "La hantise actuelle, c'est d'avoir à la fois un nouvel afflux de patients 'Covid' potentiellement graves qui pourraient bloquer nos services de réanimation et d'avoir l'arriéré de tous nos patients que nous n'avons pas vu jusqu'à présent et sui commencent à revenir de façon importante et de façon grave", explique-t-elle.

"Les problèmes neurologiques et les problèmes cardiaques que nous n'avions plus vu, on les voit depuis une semaine, détaille Catherine Busseuil. Et cumulés avec le coronavirus, ça peut être vraiment dramatique."

"J'aurais aimé qu'il rende le masque obligatoire"

Et la cheffe de urgences de l'hôpital de Montélimar tient à rappeler, encore, l'importance des mesures barrières à adopter. "Il faut impérativement éviter les réunions de groupe, effectuer des lavages de mains et une distanciation la plus ferme. Et porter un masque le plus souvent possible, c'est pour ça que j'aurais aimé que le Premier ministre le rende obligatoire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess