Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : au coeur de la plateforme Contact-Covid de la Marne

Mise en place mercredi 13 mai, la plateforme de la CPAM chargée du traçage des cas contacts des malades du Covid-19 est désormais pleinement opérationnelle. 60 agents sont formés dans la Marne pour que celle-ci fonctionne 7 jours sur 7.

Contact-Covid à la CPAM : 40 personnes sont susceptibles de travailler en même temps dans différents open space.
Contact-Covid à la CPAM : 40 personnes sont susceptibles de travailler en même temps dans différents open space. © Radio France - Sophie Constanzer

Présenté comme un maillon essentiel de la chaîne pour enrayer la propagation du Covid-19 en plein déconfinement, les plateformes Contact-Covid ont pleinement débuté leur mission dans la Marne et les Ardennes ce lundi 18 mai, après une semaine surtout dédiée à la formation des agents. Mises en place par les Caisses primaires d'assurance maladie (CPAM) dans chaque département, ces plateformes sont chargées de "traçer" les éventuels contacts des patients testés positifs au virus du Covid 19.  

Des appels de 8 h à 19 h, 7 jours sur 7

Concrètement, une fois qu'un médecin traitant d'un malade a rempli le fichier "Covid contact" -avec le nom et le numéro de téléphone du patient-, c'est la CPAM qui prend le relais pour identifier les personnes possiblement infectées. Exemple ce lundi avec Nathalie, l'une des 60 agents formés -sur la base du volontariat- à la CPAM de la Marne : sur son ordinateur, les coordonnées d'une femme testée positive et signalée par son médecin généraliste à 13 heures via le portail de téléservice. Les agents ont quatre heures après le signalement pour appeler le patient.

"On va remonter un peu le temps" : reportage avec Nathalie, agent de la plateforme.

Commence donc une série de questions sur les contacts dans le milieu professionnel, dans la sphère privée ou autre. "Par exemple la dame m'a dit qu'elle a rencontré la maîtresse de son enfant, mais celle-ci portait un masque et elles étaient espacées de 2 mètres, donc ce n'est pas considéré comme un cas contact", explique Nathalie à son poste de travail. 

C'est une course contre la montre -- Claire Gaimard

Et le travail ne fait que commencer pour la plateforme Contact Covid : il y a encore peu de nouveaux cas positifs et donc peu de coups de fil, mais nous ne sommes qu'au début du déconfinement donc l'importance de la plateforme va aller crescendo selon Claire Gaimard, sous directrice de la CPAM de la Marne : "C'est une vraie course contre la montre... il faut retracer au plus vite les contacts que vous avez eu si vous êtes testé positif. On sait que potentiellement avec le déconfinement il y a plus de contacts c'est d'ailleurs pour ça qu'on invite les gens à continuer d'appliquer les gestes barrières"

Distance entre les agents, masque, les gestes barrières sont rappelés.
Distance entre les agents, masque, les gestes barrières sont rappelés. © Radio France - Sophie Constanzer

Durée du coup de fil au "patient zéro" ? Entre dix minutes et plus d'une heure 

Les agents cherchent donc les éventuels cas contacts dans la sphère privée et professionnelle, justement pour prévenir l'apparition de nouveaux foyers de contamination, des "clusters", comme c'est déjà le cas depuis le début du déconfinement dans des abattoirs dans les Côtes d'armor et dans le Loiret. "Lors de l'entretien avec le patient zéro, on peut détecter quand il y a un risque sur une collectivité, un territoire, une entreprise, et là ce sera un vrai rôle d'alerte du dispositif auprès de l'agence régionale de santé !", souligne Claire Gaimard. 

Au total, il y a plus de 500 médecins généralistes dans la Marne, tous peuvent être susceptibles de transmettre les noms des patients testés positifs à moins qu'ils refusent le dispositif. Et les patients sont libres ou non de donner leurs contacts mais "ils sont plutôt contents qu'on les appelle, ils sont même rassurés je dirais", précise Nathalie. Et la plateforme peut être amenée à aider la plateforme d'un autre département en cas de besoin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess