Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : des masques dans les pharmacies bretonnes... mais pas tout de suite

Les pharmaciens peuvent désormais vendre des masques alternatifs "grand public" : le gouvernement l'autorise depuis dimanche. Mais inutile de vous précipiter pour en trouver : il va falloir quelques jours pour les recevoir, sans certitude sur les quantités.

S'approvisionner en masques dans les pharmacies ne sera pas forcément faisable dès cette semaine
S'approvisionner en masques dans les pharmacies ne sera pas forcément faisable dès cette semaine © Radio France - Laurent Gallien

Votre pharmacien a désormais le droit de vous vendre un masque "alternatif" face au coronavirus, mais ne courrez pas tout de suite dans l'officine la plus proche ! Il va falloir un peu de temps pour que les commandes arrivent, avec quelques incertitudes sur les quantités.

Premières livraisons attendues la semaine prochaine

"On a en théorie l'autorisation d'en acheter depuis ce lundi, mais vous comprenez bien qu'il est difficile de les vendre dès maintenant ! lance Jean-Jacques Le Bian, co-président de la chambre syndicale des pharmaciens du Finistère. Il n'y a pas aujourd'hui de quantité suffisante pour répondre aux demandes de la population". "Ce sont des produits manufacturés, la production sera moins rapidement importante sur le territoire que si c'était automatisé", estime-t-il. 

On espère recevoir les premiers masques début de semaine prochaine.

Cela n'empêche pas les bretons de se presser. "On a déjà beaucoup de coups de fil de patients qui nous demandent des masques, mais les fabriquants ne les ont pas encore mis à disposition puisqu'ils attendaient l'arrêté gouvernemental", explique Jean-François Batalla, président du conseil régional de l'Ordre des Pharmaciens. Les trois fournisseurs pour sa pharmacie basée à Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) ne pourront lui en fournir qu'à partir du 7 voire du 11 mai.

Quels stocks constituer ?

"On est dans l'inconnu, on fait des opérations un peu tarabiscotées pour estimer le nombre de masques qu'on devra fournir", et donc commander auprès des fournisseurs, précise Jean-François Batalla. "On ne sait pas non plus quelles sont les capacités de production durables de nos industriels, même s'ils ont anticipé, on ignore si on pourra s'approvisionner régulièrement et normalement", ajoute-t-il, en restant plutôt serein. Interrogation partagée par Jean-Jacques Le Bian : "on _espère des réapprovisionnements réguliers mais on a aujourd'hui aucune assurance_".

Définir le stock est d'autant plus compliqué que les masques doivent certes répondre à des normes, mais leur durée de vie peut être variable. "Il faudra les renouveler après 10, 30 ou 50 lavages selon leur qualité", précise Jean-François Batalla. "On aura _sans doutedes prix qui vont varier selon l'aspect réutilisable du produit dans la durée_, avec des masques entre 2 et 5 euros qui ont une durée de vie limitée, et d'autres plus cher", estime Jean-Jacques le Bian.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess