Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement en Dordogne : les dépistages de coronavirus "multipliés par 10" dans les laboratoires Novabio

Le docteur Henri-Pierre Doermann était l'invité de France Bleu Périgord et France Bleu Gironde ce lundi matin. Le président des laboratoires Novabio, une vingtaine de sites en Dordogne, un en Gironde, prévoit une activité liée au dépistage du Covid-19 multipliée par 10 avec le déconfinement.

La France doit pouvoir assurer 700 000 tests de dépistage chaque semaine dès lundi prochain
La France doit pouvoir assurer 700 000 tests de dépistage chaque semaine dès lundi prochain © Maxppp - Joël PHILIPPON

C'est un des piliers du déconfinement qui doit débuter dans une semaine, le lundi 11 mai, la multiplication des tests de dépistage du coronavirus chez tous les patients souffrant de symptômes et pour leurs proches. La France ambitionne de réaliser jusqu'à 700 000 tests par semaine pendant le déconfinement. En Dordogne, les laboratoires Novabio pourrait voir leur activité liée au Covid-19 être multipliée par 10.

C'est en tout cas le calcul réalisé par le docteur Henri-Pierre Doermann, président des laboratoires Novabio, une vingtaine de laboratoires en Dordogne, un en Gironde. Il table sur "une vingtaine de nouveaux cas par jour à dépister en Dordogne, plus pour chaque nouveau cas les sujets contacts, 25 en moyenne, ça nous ferait autour de 500 tests au minimum par jour, donc on va multiplier notre activité par 10". Ses équipes se chargent des prélèvements et des analyses.

Inquiétude sur la gestion du retour des patients "non-Covid"

Pour ce faire, les équipes des laboratoires Novabio, évidemment rôdées aux gestes barrières, disposent de masques de protection en quantité suffisante, grâce "à deux dotations de l'Agence régionale de santé", note le docteur Doermann. En revanche, "on est en tension sur les autres équipements comme les surblouses et les charlottes", précise-t-il. Pour les matériels de prélèvement, les fameux écouvillons dont on a beaucoup parlé, les laboratoires Novabio "être approvisionnés sans problème", pour assurer jusqu'à 500 prélèvements par jour. "Au-delà, j'ai des inquiétudes", affirme Henri-Pierre Doermann.

Des inquiétudes aussi quant au retour dans les laboratoires des patients qui se déplacent pour les autres analyses. Celles qu'ils ont dû mettre entre parenthèses pendant le confinement. L'activité de Novabio liée à ces examens classiques a baissé pendant l'épidémie. "À partir du 11, avec le déconfinement, les gens vont revenir et il faudra trouver les ressources pour traiter le surcroît d'activité classique et le surcroît de diagnostic Covid", conclut le docteur Doermann.

Le docteur Doermann, président des laboratoires Novabio, invité de France Bleu Périgord et France Bleu Gironde

Choix de la station

À venir dansDanssecondess