Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la vaccination ne sera pas obligatoire et commencera "fin décembre-début janvier"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu
France

La vaccination contre la Covid-19 ne sera pas obligatoire, a annoncé mardi le président de la République. Les premières injections du vaccin pourraient être faites dès la fin du mois de décembre.

Une dose d'un vaccin contre la Covid-19 (illustration).
Une dose d'un vaccin contre la Covid-19 (illustration). © Maxppp - Jean-François Frey

C'est un des espoirs pour venir à bout de l'épidémie de coronavirus : le vaccin. Il ne sera pas obligatoire en France, a annoncé mardi 24 novembre Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée. "Les premiers vaccins pourront être administrés dès la validation des autorités sanitaires compétentes", a-t-il promis, c'est-à-dire vraisemblablement dès la fin du mois de décembre ou le début du mois de janvier, pour les personnes les plus fragiles et les plus âgées. Une seconde génération de vaccins arrivera au printemps.

Un délai court qui "pouvait ne pas sembler réaliste il y a quelques temps", explique Odile Launay, professeure en maladie infectieuses à l'Université de Paris et membre du comité vaccin Covid-19. "Mais les résultats communiqués par les fabricants de vaccins début novembre - si les dossiers qui vont être déposés très prochainement confirment ces résultats et ne montrent pas de problèmes en particulier en terme de sécurité - rendent tout à fait réaliste la possibilité d'avoir des autorisations d'utilisation par les autorités règlementaires avant la fin de l'année et la mise à disposition dans la foulée des vaccins", selon la spécialiste interrogée par franceinfo.

Un comité scientifique de suivi 

"Nous allons organiser une campagne de vaccination rapide et massive au plus près des personnes", a promis le chef de l'Etat. Afin de la mettre au point, la Haute autorité de santé présentera ses recommandations. Puis, les autorités sanitaires, l'Etat, les collectivités locales, les hôpitaux, les maisons de retraite et les médecins de ville travailleront main dans la main pour définir les modalités pratiques du déploiement des vaccins, a affirmé Emmanuel Macron. Il a également assuré que la France, avec l'Union européenne, avait "sécurisé le nombre de doses" nécessaires.

Le président de la République a également expliqué vouloir tout faire pour que la vaccination se fasse "de manière claire et transparente, en partageant à chaque étape toutes les informations : ce que nous savons comme ce que nous ne savons pas". Pour cela, il prévoit notamment la création d'un comité scientifique, "qui sera chargé du suivi de la vaccination". Un collectif de citoyens sera également mis en place, dans ce cadre, "pour associer plus largement la population".

Seuls la moitié des Français sont prêts à se faire vacciner contre le Covid-19, selon les divers sondages effectués sur le sujet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess