Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : le Grand Est passe du rouge au vert

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine

C'est certainement un soulagement pour les habitants du Grand Est : sur la carte du déconfinement présentée ce jeudi, la région passe en vert, comme la plupart des territoires français. Mais la vigilance demeure.

Des randonneurs fêtent le déconfinement sur les crêtes vosgiennes.
Des randonneurs fêtent le déconfinement sur les crêtes vosgiennes. © Maxppp - Vanessa MEYER

Depuis plusieurs jours, chiffres à l'appui, des élus alsaciens, lorrains et champardennais demandaient que la région Grand Est passe en vert sur la carte du déconfinement. Ce jeudi, le Premier ministre Edouard Philippe a exposé la nouvelle phase du processus post-Covid-19. Dans cet optique, la région quitte la zone rouge, signe que l'épidémie de coronavirus s'est bien atténuée. Tous les départements français passent d'ailleurs au vert, à l'exception de ceux d'Ile-de-France, la Guyane et Mayotte qui restent en orange.

Le Premier ministre, comme le ministre de la santé, alertent toutefois sur la nécessité d'être prudent et de continuer la distanciation sociale. Dans l'espace public, les regroupements restent limités à dix personnes, en zone verte comme orange, jusqu'au 21 juin. Passer au vert "ne signifie pas que le virus ne circule plus" explique Olivier Véran. 

Quatre départements du Grand Est sous surveillance particulière

Un éventuel retour en arrière serait possible dans un département selon un critère présenté par Olivier Véran : le taux d'incidence du virus de la population. Les autorités sanitaires surveillent le nombre de personnes infectées par semaine, sur 100.000 habitants. Au dessus de 10 cas, on passe au seuil de vigilance, au-dessus de 50, au seuil d'alerte. Dans le Grand Est, la Moselle, le Haut-Rhin, la Meurthe-et-Moselle et la Meuse ont un taux d'incidence entre 10 et 50, ce jeudi.

A ce titre, les foyers épidémiques, ou clusters, seront particulièrement surveillés.

Le Grand Est en vert : ce qui devient possible 

"La liberté redevient la règle" a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe, listant ce qui redevient possible à partir du 2 juin : 

La question des frontières, particulièrement importante dans le Grand Est, fera l'objet d'une coordination européenne à partir du 15 juin. D'ici cette date, les restrictions sont maintenues aux frontières.

Même en vert, des restrictions demeurent

Outre la distanciation sociale et la recommandation de porter un masque, des restrictions demeurent, sur tout le territoire, et donc pour les départements en vert du Grand Est :

  • limitation des rassemblements dans l'espace public à dix personnes
  • les sports collectifs et de contact sont toujours interdits
  • le télétravail est toujours recommandé

Depuis des semaines, le Grand Est remonte la pente

Les critères retenus pour établir la carte du déconfinement progressif sont peu à peu devenus positifs dans le Grand Est, depuis la première version du 30 avril. "Nous avons une grande capacité de tests virologiques, le taux d'admission au niveau de la réanimation ou des urgences" est très bas, déclarait ce jeudi matin sur franceinfo Samira Fafi-Kremer, directrice de l'Institut de virologie du CHU de Strasbourg, "aujourd'hui, il n'y a pas de trace" d'une deuxième vague.

L'un des indicateurs clé, le taux d'admission en réanimation de patients Covid-19, est passé sous le seuil des 60% dès le 13 mai

Autre critère, la circulation active du virus est mesurée par le taux d'hospitalisation pour Covid-19 sur l'activité totale des urgences : selon les chiffres ARS Grand Est du 26 mai, ce taux s'élevait, sur la région, à 2,3%. 

Les tests PCR pour diagnostiquer les malades sont réalisés dans 337 sites à travers la région. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu