Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : quel sera le parcours de soin pour les malades du coronavirus et les cas contact ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu
France

Alors que le gouvernement a confirmé le début du déconfinement en France pour lundi 11 mai, le ministre de la santé a précisé ce jeudi la manière dont les personnes testées Covid-19 et celles qui les ont approchées seront suivies.

Test coronavirus.
Test coronavirus. © AFP - NICOLAS LIPONNE

Le déconfinement progressif a été confirmé par le Premier ministre pour le 11 mai, même si quatre régions métropolitaines sont en rouge et resteront soumises à des restrictions supplémentaires. Pour autant, l'épidémie de coronavirus n'a pas disparu. 

Le 6 mai, près de 24.000 personnes étaient hospitalisées pour Covid-19. Le ministre de la santé, Olivier Véran a précisé comment les personnes testées positives seraient suivies à compter de cette date du 11 mai, de même que les cas contact.

Pour ceux qui présentent des symptômes

Toute personne qui ressent des symptômes du coronavirus, comme la fièvre, la toux, une gêne respiratoire ou une perte de l’odorat ou du goût, doit "immédiatement contacter" son médecin, un médecin de garde ou le 15. Le professionnel de santé pourra prescrire un test de dépistage, qui sera pris en charge à 100% par la Sécurité sociale.

Si le malade est testé positif au Covid-19, la prise en charge hospitalière éventuelle dépendra évidemment de son état de santé. Si celui-ci reste à la maison, c'est son médecin qui doit alerter l'assurance-maladie pour déclencher une enquête auprès des cas contact, celles et ceux qu'il aura approchés dans les jours précédents.

Pour les cas contact

Ces personnes devront elles-aussi subir un test PCR (test virologique), le test réalisé habituellement avec un écouvillon dans la narine. Ce test doit être réalisé sept jours après le dernier contact avec la personne malade. "C'est le bon moment pour débusquer le virus", explique Olivier Véran.

Même si le test est négatif, l'isolement devra encore durer "en moyenne sept jours supplémentaires". Les personnes dites cas contact sont invitées à prendre leur température au moins deux fois par jour. Elles doivent télétravailler ou, à défaut de pouvoir le faire, bénéficier d'un arrêt de travail. 

Comment ces cas contact seront-ils identifiés ? Quand un malade sera testé, l'assurance maladie ou l'agence régionale de santé le contactera pour faire une "enquête" et dresser la liste des personnes qu'il aurait pu contaminer. Ces personnes recevront alors un appel pour les informer de cette situation.

A l'isolement, où et comment ?

L'isolement n'est pas obligatoire, mais les personnes testées positives au Covid-19 qui restent chez elles et les cas contact doivent quand même rester à l'écart du reste de la population. Le maintien à domicile semble privilégié, mais si ce n'est pas possible, le ministre de la santé explique que d'autres possibilités sont offertes, comme un hôtel. 

En famille, il est recommandé de rester dans une pièce spécifique, d'éviter les contacts avec les autres occupants, d'aérer régulièrement, de se laver les mains fréquemment, d'éviter de toucher des objets qui peuvent être touchés par les autres, de désinfecter les surfaces. Et en présence des autres, porter un masque. Sur prescription médicale, ces masques disponibles en pharmacie "seraient alors pris en charge à 100% par l'assurance maladie"

Après un test positif, le confinement devra se poursuivre "jusqu'à deux jours après guérison des symptômes c'est-à-dire en moyenne pendant 8 à 10 jours", a précisé Olivier Véran.

Les personnes vulnérables à la maladie, de part leur âge ou leur état de santé initial, ne sont pas contraintes de se confiner, ajoute le Premier ministre, mais Edouard Philippe les appelle à respecter "des règles de prudence très strictes" face au coronavirus.

Y aura-t-il assez de tests ?

Pour la première fois, lors de la conférence de presse de ce jeudi, le ministre de la santé a présenté une carte de la disponibilité des tests virologiques (PCR). Elle est entièrement verte, signe -selon la légende- que le taux de couverture des besoins est supérieur à 100%. "La France est prête à tester massivement" conclut Olivier Véran, les besoins estimés, de 700.000 tests par semaine, sont couverts sur tout le territoire.

Carte du taux de couverture des besoins en tests, estimés au 11 mai : en vert, le taux de couverture est supérieur ou égal à 100%.
Carte du taux de couverture des besoins en tests, estimés au 11 mai : en vert, le taux de couverture est supérieur ou égal à 100%. - Ministère de la santé

Les tests, prescrits par les médecins, peuvent être réalisés à l'hôpital, dans un laboratoire de ville, un drive, voire à domicile, "via une équipe mobile".

Si des personnes n'ont pas pu réaliser le test PCR qui leur a été prescrit, le ministre de la santé leur recommande de contacter le numéro vert 0800 130 000.

Tous nos articles sur le plan de déconfinement affiné pour le 11 mai

Choix de la station

À venir dansDanssecondess