Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement progressif en France : le sentiment partagé de l'infectiologue nancéien Christian Rabaud

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

"Très content" mais aussi "inquiet" à l'annonce du plan de déconfinement progressif en France : le Pr Christian Rabaud, infectiologue au CHRU de Nancy, était l'invité de France Bleu ce vendredi

L'infectiologue Christian Rabaud
L'infectiologue Christian Rabaud © Radio France - Marie Roussel

Comment le déconfinement présenté par Emmanuel Macron dans la presse quotidienne régionale est-il accueilli par la communauté médicale ? Le Pr Rabaud, infectiologue et président de la commission médicale d'établissement au CHRU de Nancy, a réagi en direct ce vendredi sur France Bleu Lorraine.  

Le centre hospitalier comptait encore récemment plus de 120 patients en service de réanimation. Il observe depuis 48 heures seulement un nombre de sorties supérieur aux entrées. D'où un sentiment "compliqué" pour Christian Rabaud : "Comme tous les citoyens français, je suis content d'avoir la perspective d'une réouverture et d'un retour progressif à la vie normale, c'est certain"

Caractère "très précoce" de ce relâchement

"Mais au vu de la situation actuelle", poursuit le médecin, "je suis un petit peu inquiet par le caractère très précoce de ce relâchement. Ici à Nancy, ça fait 48 heures qu'on sent que les choses commencent tout doucement à baisser. L'idée que dès lundi, la circulation et le brassage soient plus importants puis que les choses aillent dans ce sens-là de façon assez rapide, laisse perplexe sur la probabilité de voir les choses repartir à la hausse. Si le brassage augmente, dès le mois de juin, on pourrait à nouveau être sur une phase stagnante, voire montante." 

122 lits de soins critiques sont encore ouverts au CHRU de Nancy, soit le double des moyens habituels. "La tension pour le personnel n'a pas du tout disparu au moment où l'on se parle", conclut Christian Rabaud

Choix de la station

À venir dansDanssecondess