Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Déconfinement : y aura-t-il une deuxième vague ?

-
Par , France Bleu
France

Après deux semaines de déconfinement, l'épidémie de Covid-19 continue de perdre du terrain. Faut-il redouter une nouvelle propagation d'ampleur du virus ? Il y a débat parmi les experts.

Si la majorité des experts prévoient une deuxième vague épidémique avec le déconfinement, certains chercheurs remettent l'hypothèse en cause
Si la majorité des experts prévoient une deuxième vague épidémique avec le déconfinement, certains chercheurs remettent l'hypothèse en cause © Maxppp - Cyril Dodergny

Ce jeudi 21 mai 2020, 83 personnes sont mortes du coronavirus en France. Le nombre de patients en réanimation continue de baisser, ils étaient 1.700 ce jeudi soir. Après deux semaines déconfinées, on est repassés sous la barre des 2.000 lits occupés en réanimation, le niveau d'avant-crise. Il y a donc moins de pression sur le système hospitalier, mais les autorités sanitaires restent en alerte dans la perspective attendue d'une deuxième vague. 

Une deuxième vague inévitable ?

Médecins et autorités sanitaires prévoient une nouvelle propagation d'ampleur du coronavirus. Pour le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), la question n'est pas de savoir s'il y aura une nouvelle vague, mais "quand et de quelle ampleur".

Peu de personnes, selon l'agence, ont été exposées au Covid-19 en Europe. On pourrait donc ne jamais atteindre le seuil d'immunité collective, pour enrayer définitivement l'épidémie.

De son côté l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu la semaine dernière : le virus ne disparaîtra peut-être jamais.

Pas de signes d'une nouvelle flambée à l'hôpital

Mais parmi les experts, certains ne croient pas à une nouvelle flambée du coronavirus. Leur avis repose d'abord sur le constat que la tension continue de décroître dans les hôpitaux. 

Constat notamment tiré par le médecin urgentiste Patrick Pelloux, interviewé sur BFMTV ce jeudi. Tout en restant prudent et en rappelant l'importance des gestes de distanciation, il indique qu'"a priori, il n'y a pas de signe de deuxième vague sur Paris."

Des chercheurs sceptiques

Selon le professeur marseillais Didier Raoult, "Il n'y a nulle part une deuxième vague", tout au plus "quelques cas sporadiques". 

L'épidémiologiste Laurent Toubiana avance lui qu'une partie de la population pourrait ne pas être sensible au coronavirus. Selon lui, certaines personnes développent d'autres anticorps qui peuvent stopper la contamination. Mais il reconnait que c'est difficile à vérifier.

Pour le professeur de physiologie et directeur de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport (Irmes) Jean-François Toussaint, le pic de contaminations a été atteint le 31 mars dernier et le coronavirus termine son cycle épidémique. "Ce virus n'est pas un marathonien, c'est un sprinter : il s'épuise très vite, et c'est peut-être notre chance."

Une question de prévention

Au-delà du débat scientifique, les autorités sanitaires prônent la prévention. Le virus se propage sans doute plus vite depuis le déconfinement. On saura plus précisément à quelle vitesse grâce aux contrôles et tests, dans les prochaines semaines.

Ce qui ne doit pas être mis en cause, c'est le respect des gestes barrières. Une deuxième vague ne serait pas forcément désastreuse si l'on se protège.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu