Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Dépakine : l’antiépileptique accusé de provoquer des malformations chez le fœtus

Dépakine - "Une grande avancée" selon une mère du Limousin après la nouvelle mise en examen de Sanofi

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Le laboratoire français Sanofi a été mis en examen ce lundi pour "homicides involontaires" dans l'affaire de la Dépakine. Une étape de plus après sa mise en examen en février dernier pour "tromperie aggravée" et blessures involontaires". Une "grande avancée" selon une mère de Razès.

Mise en examen de Sanofi pour "homicides involontaires" dans l'affaire de la Dépakine (photo d'illustration)
Mise en examen de Sanofi pour "homicides involontaires" dans l'affaire de la Dépakine (photo d'illustration) © Maxppp - Cyril Frionnet

Nouveau rebondissement dans l'affaire de la Dépakine. Après sa mise en examen pour "tromperie aggravée" et "blessures involontaires" en février dernier, le géant français du médicament Sanofi est aussi mis en examen ce lundi pour "homicides involontaires". La justice s’intéresse à la mort de quatre bébés dont les mères se sont vues prescrire ce médicament pendant leur grossesse. Ce médicament aux vertus antiépileptiques a aussi montré son efficacité pour combattre les épisodes "maniaques" du trouble bi-polaire. Mais il a été prescrit pendant des années à des femmes enceintes. Avec des conséquences gravissimes pour les enfants. Au delà de ces quatre décès, il serait responsable depuis 1967 de malformations chez 2150 à 4 100 enfants, et de troubles neuro-développementaux chez 16 600 à 30 400 enfants. De nombreuses plaintes individuelles et collectives ont été déposées. 

Trois questions à Sandra Pardoux. Le fils de cette habitante de Razès en Haute-Vienne souffre de troubles autistiques. 

Que pensez-vous de cette mise en examen pour "homicides involontaires" ?

C'est une grande avancée pour nous. Le mot "d'homicide", c'est quelque chose d'assez fort. "Homicide", ça veut tout dire ! Les mamans qui ont du assumer tout ça, les avortements, les décès, c'est quelque chose de grave. Et cela a des conséquences sur la vie d'une femme. Jusque là, à chaque fois, dans les procédures judiciaires, ils contestaient. Ils avaient toujours réponse à tout. Ils disaient qu'ils n'étaient pas au courant ou des choses comme ça. Mais il y a des documents qui prouvent que le handicap est bien lié à la Dépakine. J'espère qu'ils vont assumer maintenant ! 

On ira jusqu'au bout. On ne lâchera rien

Pour vous, le combat ne s'arrête pas là... 

Bien sûr. Tout ce qui est procédures judiciaires, cela dure pendant des années. Moi, j'ai commencé en 2014. Depuis, il n'y a pas eu beaucoup d'avancées. Donc cette mise en examen est super importante. Mais elle ne suffit pas. On fait tout ce qui est possible pour avoir justice. Pour pouvoir être indemnisés afin d’assurer l'avenir de nos enfants. C'est encourageant. La justice se rend compte que Sanofi est bien impliqué dans tout ça. Pour nos enfants. Pour tous nos enfants, on ira jusqu'au bout. On ne lâchera rien. 

Même si cette mise en examen ne change rien à la maladie de votre enfant, est-ce que cela vous fait du bien ?

Oui bien sûr. On va dire que cela fait du bien. C'est vrai que le handicap au quotidien n'est pas facile à gérer. Des troubles autistiques, ce n'est pas rien. Ce n'est pas facile à comprendre non plus. Et ce qui m'inquiète, c'est que je ne sais pas si plus tard, mon enfant sera autonome. C'est ça qui m'inquiète. C'est pour cela qu'on a besoin de cette indemnisation pour voir plus loin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess