Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dépistage coronavirus : le centre de prélèvement du CHU de Clermont-Ferrand reçoit les patients 7 jours sur 7

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le déconfinement va entrer dans sa deuxième phase. Pour autant, la vigilance reste essentielle car le coronavirus circule toujours. Au CHU de Clermont-Ferrand, sur le plateau Saint-Jacques, le centre de prélèvement Covid-19 pratique des tests de dépistage.

L'entrée du centre de prélèvement Covid-19 au CHU de Clermont-Ferrand
L'entrée du centre de prélèvement Covid-19 au CHU de Clermont-Ferrand © Radio France - Dominique Manent

Au mois de mars dernier, un premier centre de prélèvement Covid-19 est installé au rez-de-chaussée du bâtiment de biologie médicale, dans l'enceinte du CHU Gabriel Montpied, à Clermont-Ferrand. Quelques semaines plus tard, il déménage, et s'installe dans les anciens locaux de l'IRM, près du centre Jean Perrin. C'est donc là que depuis le 25 avril des équipes accueillent les patients souhaitant se faire tester. Ils sont envoyés pour la plupart par leur médecin traitant, mais certains, qui n'ont pas pu consulter, y viennent spontanément, sans ordonnance. En cas de résultat positif, une procédure s'enclenche pour identifier les personnes avec lesquels ils ont été en contact. Capital pour limiter la propagation du virus !

Comment faire le test ?

Une fois poussée la porte du centre, première règle : mettre un masque et se désinfecter les mains avec du gel hydroalcoolique. Vient ensuite la prise en charge administrative du patient qui présente notamment son ordonnance, sa carte vitale, et une adresse mail. S'il n'a pas vu de médecin, une ordonnance peut lui être délivrée sur place. Il est ensuite dirigé dans un box individuel. Une infirmière effectue le ou les test(s) prévus : la PCR et/ou le test sérologique qui consiste en une simple prise de sang.

A l'accueil du centre de dépistage Covid-19 du CHU de Clermont-Ferrand
A l'accueil du centre de dépistage Covid-19 du CHU de Clermont-Ferrand © Radio France - Dominique Manent

Le Professeur Cécile Henquell, qui dirige le centre, précise : "La sérologie c'est pour des infections qui ont eu lieu dans les semaines précédentes puisqu'il faut le temps que l'organisme infecté développe les anticorps, alors que quand on fait une PCR, on va chercher directement le virus dans le nez. Et là, ça correspond à la phase de la maladie où on a des symptômes, et où on peut être contagieux".

Dans un hôpital, une patiente effectue la PCR
Dans un hôpital, une patiente effectue la PCR © Maxppp - Vincent Isore

La PCR, c'est le test naso-pharyngé, le fameux coton-tige introduit dans une narine. Pour Josiane, qui vient de s'installer dans le fauteuil, il faudra utiliser un test pédiatrique, plus fin : "Tout va bien ?" demande l'infirmière. "C'est supportable, ça pique un peu, mais ça va" répond Josiane, après quelques secondes d'inconfort. Le résultat lui parviendra par mail sous 24 heures. Pour le test virologique, elle patientera quelques jours.

Que se passe-t-il si le résultat est positif ?

Les résultats sont également envoyés au médecin du patient ainsi qu'à la Caisse Primaire d'Assurance Maladie. Dans chaque caisse, siège une "Brigade sanitaire", des personnes chargées du "contact Covid". Concrètement, en cas de résultat positif, elles rappellent le patient, lui expliquent l'intérêt du confinement, l'intérêt aussi de rechercher les personnes qu'elles ont pu croiser, de les dépister, "pour casser les chaînes de transmission du virus" souligne le Professeur Henquell. 

Le Professeur Cécile Henquell et Bernadette Michon, cadre de santé au CHU de Clermont-Ferrand
Le Professeur Cécile Henquell et Bernadette Michon, cadre de santé au CHU de Clermont-Ferrand © Radio France - Dominique Manent

Quel est l'intérêt du dépistage ?

Depuis le début du confinement, Cécile Henquell constate "qu'il n'y a pas de grosse nouvelle vague épidémique. Mais on dépiste quand même un peu partout en France des groupes de malades, ce qu'on appelle des clusters, c'est à dire des groupes de contamination. Pour que ces groupes restent limités et ne réensemencent pas le virus partout dans la population, c'est important que les gens positifs soient dépistés. Et qu'ils soient ensuite fléchés très tôt, pour se confiner, et pour trouver leurs contacts. Même si la maladie n'est pas grave, la personne infectée peut transmettre le virus à quelqu'un qui lui fera une forme grave".

Le centre de prélèvement Covid-19 du CHU de Clermont-Ferrand, qui peut accueillir jusqu'à 300 personnes par jour, est ouvert du lundi au vendredi de 6 heures 30 à 19 heures 30. Les week-end et jours fériés de 8 heures à 17 heures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu