Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dépistage massif de la tuberculose au groupe scolaire de Valbonne

mardi 28 mars 2017 à 19:03 Par Lila Lefebvre, France Bleu Azur et France Bleu

Près de 900 élèves et personnels du Centre international de Valbonne se font dépister de la tuberculose à partir de ce mardi. Fin février, la maladie a été détectée chez une lycéenne.

900 élèves et personnels du Centre International de Valbonne ont subi une radio des poumons.
900 élèves et personnels du Centre International de Valbonne ont subi une radio des poumons. © Radio France - Lila Lefebvre

Valbonne, France

Un camion de radiologie est installé pour la semaine au groupe scolaire de Valbonne, afin de dépister toutes les personnes qui auraient pu contracter la tuberculose. Fin février, on a détecté la maladie chez une lycéenne , elle est actuellement prise en charge par le centre hospitalier d'Antibes.

L'Agence régionale de santé rappelle que la procédure est habituelle en cas d'apparition de la maladie : "Les services de santé mènent une enquête pour repérer qui aurait pu contracter la maladie, et ensuite on les dépiste tous. Parfois seules une poignée de personnes sont concernées, parfois plus", explique le Dr Karine Risso, pneumo-infectiologue au Centre hospitalier universitaire de Nice.

Près de 900 personnes concernées

Quelque 900 personnes vont être dépistées toutes cette semaine à Valbonne, des élèves mais également du personnel encadrant et des professeurs. Ce grand nombre s'explique par la taille de l'établissement (six classes par niveau de la sixième aux classes préparatoires aux grandes écoles), et par le fait que l'établissement dispose d'un internat, qui multiplie les chances d'être contaminé.

Le dépistage a lieu au sein même de l'établissement : les patients subissent une radio des poumons puis passent des examens supplémentaires. Les résultats sont donnés immédiatement.

"La tuberculose n'est pas une maladie grave, aujourd'hui on peut en guérir dans la grande majorité des cas."

Un traitement par antibiotique existe, il dure six mois. "La tuberculose n'est pas une maladie grave, aujourd'hui on peut en guérir dans la grande majorité des cas", rassure le Dr Karine Risso. En France, la vaccination contre la tuberculose est obligatoire, pourtant chaque année 115 cas sont détectés en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur.