Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bretagne : on dépiste les traces de la Covid depuis vos toilettes

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Le réseau de chercheurs Obépine a mis au point une technique de dépistage de la Covid à grande échelle, grâce à l'analyse des eaux usées. De vos toilettes jusqu'aux stations d'épuration, cette technique permet de brosser l'évolution de la maladie sur le temps long.

Détection de la contamination au COVID des eaux usées
Détection de la contamination au COVID des eaux usées © Maxppp - VALERIE VREL

Et si le meilleur moyen d'observer un rebond de l'épidémie de Covid passait par vos toilettes ? Depuis l'année dernière, le réseau Obépine, composé de chercheurs et d'universitaires, analyse les eaux usées des égouts pour tenter d'y retrouver des traces du coronavirus.

La Covid s'attaque aussi à l'intestin

Car nous savons que si le virus attaque les voies respiratoires, il s'en prend aussi à nos appareils digestifs. Quand les personnes contaminées se rendent aux toilettes, elles excrètent également du virus qui se retrouvent alors dans le réseau des eaux usées. Les chercheurs récupèrent alors, dans les stations d'épurations, des échantillons qui permettent ainsi de retracer l'état virologique de toute une population. Cela permet de vérifier la présence du virus mais aussi de la quantifier : quelle est la tendance épidémique ? Rebond, décrue ou stabilisation ?

ECOUTEZ - Le professeur Yvon Maday, du réseau Obépine en Bretagne

Dépister quelques semaines avant les indicateurs classiques

Cet indicateur, qui se base sur 150 stations d'épuration, dont celles de Rennes, Saint-Malo, Lorient ou Quimper, permet d'avoir une vision globale et précurseuse de l'évolution de la maladie. "Nous sommes capables, grâce à cet outil, d'avoir une vue exhaustive sur une population et ça, quelques semaines avant la flambée d'une nouvelle vague", explique le professeur Yvon Maday, professeur de mathématiques appliquées, membre du réseau Obépine, basé à Roscoff la moitié de l'année. Avant l'apparition de la seconde vague l'été dernier, le réseau Obépine avait pu alerter sur son arrivée grâce aux échantillons prélevés dans les eaux usées. 

Utile pour la gastro

Ce réseau Obépine est alimenté par les données issues des stations d'épuration des différentes agglomérations, comme celle de Quimper. Une aubaine pour Jean Paul Cauzien, le maire d'Edern et vice-président de l'agglomération de Quimper en charge de la gestion de l'eau : "Ce réseau-là aurait dû exister depuis longtemps, c'est une évidence ! Si on a des données, qu'on les utilise pour faire mieux demain. Quelque part, on protège les individus et leur santé". Car, à l'avenir, les progrès de cette technologie pourront aussi servir dans la détection des épidémies de gastro, par exemple. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess