Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des amputations évitées grâce à une meilleure collaboration entre médecins à Nîmes

mercredi 11 avril 2018 à 11:09 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

À la clinique des Franciscaines à Nîmes, un cardiologue et un chirurgien vasculaire ont décidé de mettre en commun leurs techniques respectives pour opérer des patients qui risquaient d'être amputés.

Une centaine de patients opérés depuis le mois d'octobre
Une centaine de patients opérés depuis le mois d'octobre - GE Healthcare

Nîmes, France

Une  centaine de patients ont déjà été opérés par les deux spécialistes depuis le mois d'octobre. Une opération à quatre mains sur des patients âgés et souvent diabétiques qui risquaient l'amputation d'orteils voire de la jambe entière. Leur objectif : rétablir la circulation dans les artères des membres inférieurs pour permettre la cicatrisation des plaies. 

" Il y a un tuyau qui est bouché, il faut le déboucher avec des tous petits tuyaux, du matériel spécifique. Il faut franchir la lésion. Il faut déboucher une artère parfois sur 5 cm mais parfois sur 30. Le but, c'est d'arriver à l'endroit où l'artère est saine et de rétablir la circulation du sang". 

Le médecin vasculaire qui a réalise ces opérations

Revasculariser les membres inférieurs plutôt que d'amputer 

Collaborer pour des médecins de deux spécialités différentes, ce n'est pas si évident que cela. Dans ce cas précis, cela a permis de limiter les interventions lourdes. 

C'est le cas par exemple pour Denise Foucteau, 90 ans. Piquée au pied après une mauvaise fracture de la cheville il y a de nombreuses années, sa plaie ne cicatrisait pas et elle souffrait le martyre. 

"A un mois près, dit-elle, on devait m'amputer ". Grâce aux opérations de la jambe pratiquées par les deux spécialistes, ses plaies ont pratiquement disparu et elle souffre beaucoup moins.  

Ce type d'opérations est déjà réalisé en Europe

Les deux spécialistes partagent régulièrement leur expérience grâce à des visioconférences diffusées en direct à travers le monde entier.