Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des chercheurs de Rennes mettent au point deux nouveaux antibiotiques

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Des chercheurs de l'Inserm et de Rennes 1 ont mis au point de nouvelles molécules, qui pourraient déboucher sur de nouveaux antibiotiques. Une grande avancée, alors que la résistance aux antibiotiques actuels pourrait causer 10 millions de décès par an, d'ici à 2050.

Une découverte rennaise pour répondre à l'antibiorésistance
Une découverte rennaise pour répondre à l'antibiorésistance © Maxppp - JF Frey

Rennes, Ille-et-Vilaine, Bretagne, France

C'est un événement dans le monde scientifique et ça se passe à Rennes, où des biochimistes et chimistes de l'Inserm et de l'université de Rennes 1 ont mis au point des molécules qui pourraient ouvrir la voie à une nouvelle génération d'antibiotiques. Leurs résultats chez les rongeurs, publiés hier dans la revue américaine Plos Biology, devront encore être confirmés par des essais cliniques chez l'humain.

Enlever la toxicité, augmenter l'activité antibiotique

"Nous nous sommes rendus compte qu'une toxine fabriquée par les staphylocoques dorés, dont le rôle était de faciliter l'infection, était également capable de tuer d'autres bactéries présentes dans notre organisme", explique Brice Felden, auteur principal de l'étude. Les chercheurs ont alors modifié cette molécule pour supprimer sa toxicité tout en conservant ses propriétés antibactériennes

"Nous pensons que ces nouvelles molécules représentent des candidats prometteurs au développement de nouveaux antibiotiques, pouvant apporter des traitements alternatifs à la résistance aux antimicrobiens", estime le Pr Felden.

10 millions de morts / an en 2050

Le développement de l'antibiorésistance aux molécules actuelles "constitue une menace croissante pour la santé mondiale", selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Selon une étude britannique, ce phénomène pourrait causer dix millions de décès par an, d'ici à 2050.  Or "les nouveaux antibiotiques mis sur le marché sont peu nombreux et se résument à des dérivés" de molécules déjà existantes, rappellent l'Inserm et l'université de Rennes 1.