Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : des chercheurs étudient l'effet des messages de prévention sur les Français

-
Par , France Bleu, France Bleu Provence

Les Français sont plus sensibles aux messages directifs et personnels. C'est ce qui ressort d'une étude de chercheurs de l'université Aix-Marseille sur un panel de 1.200 personnes, soumis à différents messages de prévention. Et le collectif n'émeut pas.

Un message de solidarité pendant le confinement.
Un message de solidarité pendant le confinement. © Radio France - Annaïg Haute

Comment sont perçus les messages de prévention par les Français ? C'est ce qu'ont voulu savoir des chercheurs de l'université Aix-Marseille. Ils ont testé douze messages de confinement sur un panel de 1.200 Français, et les résultats les ont surpris. 

Petites différences entre hommes et femmes

Face à la pandémie, restez confinés. Un message simple, diffusé aux oreilles des différents sujets testés. Un message qui fonctionne très bien auprès des Français d'après Didier Courbet, initiateur de l'étude : "Les hommes sont encore plus sensibles aux messages catégoriques. Ce sont des messages qui vont les motiver davantage à rester confiner, alors que pour les femmes ce sont les messages plus épurés, en absence d'ordre."

"Moi d'abord"

Plus on ajoute de justification au message initial ("Vous le faites pour les soignants", par exemple), moins les messages portent. Quant au "Nous sommes en guerre", d'Emmanuel Macron, il fait un flop : ce qui surprend le plus les chercheurs, c'est le peu d'impact de la mention du collectif. "Aujourd'hui, tout ce qui fait appel au sentiment d'unité, du collectif, le tous ensemble, c'est quelque chose qui ne fonctionne pas". Et le chercheur d'ajouter :

"Les personnes sont bien plus sensibles à des messages qui les concerne eux directement, leurs familles, leurs enfants". - Didier Courbet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess