Santé – Sciences

Des chercheurs Grenoblois ont participé à la découverte du virus géant en Sibérie

Par Xavier Demagny, France Bleu Isère mardi 8 septembre 2015 à 14:39

Particule de Mollivirus Sibericum au microscope.
Particule de Mollivirus Sibericum au microscope. - IGS, CNRS-AMU

Son nom est "Mollivirus sibericum". Pourquoi ? Il est tout mou, et il a été trouvé en Sibérie. Ce virus est une espèce géante, vieille de 30 000 ans. Ce sont des chercheurs français qui l'ont découvert avec parmi eux, une équipe de Grenoblois.

"Ce n'est pas le premier virus géant que l'on découvre. Mais celui ci est particulièrement gros. "Il est géant parce qu'on peut le voir avec un microscope très simple, le même microscope que pour observer des cellules humaines", explique Yohann Couté, chercheur au laboratoire de Biologie à Grande Echelle (BGE) de Grenoble.

INTERVIEW | Yohann Couté, chercheur au laboratoire de Biologie à Grande Echelle

Avec autres deux collègues Grenoblois, des chercheurs du laboratoire Information génomique et structurale de Marseille, et du Génoscope, ils ont isolé et caractérisé ce virus, en somme, dressé sa carte d'identité. Il a été trouvé dans un échantillon prélevé dans le sol gelé de Sibérie, ce que l'on appelle le permafrost. 

Pas de danger pour l'homme dans l'immédiat

S'il n'est pour le moment pas dangereux pour l'homme, il pourrait bien le devenir un jour. La zone où il a été découvert est complètement déserte, mais le réchauffement climatique, ou bien l'exploration pétrolière pourrait bien libérer le virus. 

"Aujourd'hui, il est incapable d'infecter l'être humain. Mais cela nous montre que, dans ces systèmes gelés, perdurent des virus qui peuvent être réactivés et rendus à nouveau infectieux par le dégel ou des explorations humaines", souligne Yohann Couté. Des explorations humaines telles que la recherche de pétrole ou l'exploration minière. 

Pour le chercheur c'est aussi un moyen de montrer que l'on ne connaît encore pas tout notre environnement et qu'il peut nous réserver quelques surprises. 

À LIRE AUSSI | Un virus géant de la variole découvert dans le sol gelé sibérien sur franceinfo.fr