Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Des chercheurs nantais travaillent sur un vaccin prometteur contre le coronavirus

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Une société nantaise de biotechnologies promet un vaccin efficace sur le long terme contre la Covid-19. A l'instar d'un vaccin comme celui contre le BCG, une seule injection protégerait les patients pour de nombreuses années.

Le vaccin nantais pourrait être disponible à la fin de l'année prochaine (photo d'illustration)
Le vaccin nantais pourrait être disponible à la fin de l'année prochaine (photo d'illustration) © Maxppp - Jérémie FULLERINGER

À Nantes aussi, des chercheurs travaillent actuellement sur un vaccin contre la Covid-19. Il faudra attendre au moins encore un an, mais la société OSE Immunotherapeutics promet un vaccin bien plus efficace que ceux sur lesquels travaillent actuellement les grands laboratoires, qui serait capable d'éradiquer la maladie.

Un vaccin efficace sur le long terme

En simplifiant, les vaccins qui sont pour l'instant les plus avancés ont le même problème que celui contre la grippe : si le virus mute - et la Covid-19 l'a déjà fait - ils sont moins voire plus du tout efficaces et il faut se refaire vacciner tous les ans. Alors que celui développé par les Nantais serait comme le BCG, le vaccin contre la tuberculose : une injection et on est protégé pour de nombreuses années.

La différence, c'est qu'au lieu de faire réagir nos anticorps, il fait réagir nos globules blancs, ce qui est beaucoup plus efficace sur le long terme et ce qui marche sur toutes les formes connues de Covid-19. C'est d'autant plus intéressant que, jusqu'à présent, les vaccins qui font réagir les anticorps n'ont jamais fonctionné contre les coronavirus comme le Sras en Asie et le Mers dans la péninsule arabique.

Pas avant fin 2021

Les premiers tests sur l'homme devraient commencer au début de l'année prochaine, pour une mise sur le marché au plus tôt fin 2021. Il pourrait donc venir en complément des vaccins d'urgence qui sont en train d'aboutir. Il devrait aussi être beaucoup plus facile à conserver, en principe dans un simple frigo, et ne pas coûter plus de 10 euros, c'est en tous cas la promesse de la société nantaise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess