Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des chiens détecteurs de cancer en Haute-Vienne

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu
Magnac-Laval, France

La société ITDC basée à Magnac-Laval et l'Institut Curie à Paris se sont associés pour mener un projet baptisé Kdog, destiné à dépister le cancer du sein grâce au formidable flair des chiens. Ils viennent de lever 80.000 euros de fonds grâce à des donateurs.

Thor, malinois de 18 mois, sera le premier formé au dépistage du cancer du sein
Thor, malinois de 18 mois, sera le premier formé au dépistage du cancer du sein - Jacky Experton

"Les chiens sont capables de détecter le cancer" s'enthousiasme Jacky Experton, le fondateur de la société ITDC installée à Magnac-Laval, dans le nord de la Haute-Vienne. Cet ancien militaire s'est reconverti il y a quelques années dans la formation d'équipes cynophiles pour la recherche d'explosifs et d'armes dans les avions, les aéroports et les lieux publics, mais il veut aussi mettre le flair de ses chiens au service de la santé. En se renseignant, il est tombe sur l'institut Curie à Paris, où une équipe travaille justement sur le cancer du sein et la possibilité de le dépister précocement grâce à l'odorat des chiens. Le projet Kdog est né et l'espoir est immense confirme Aurélie Thuleau, biologiste, attachée de recherche à l'institut Curie et chef de ce projet.

Des premiers tests concluants et de multiples avantages - Aurélie Thuleau

Le but est de pouvoir proposer d'ici quelques années une alternative fiable à la mammographie, examen très douloureux pour dépister le cancer du sein. Dans la foulée, l'équipe pluridisciplinaire d'une vingtaine de personnes qui travaille sur ce projet aimerait aussi appliquer la méthode au cancer des ovaires, souvent détecté trop tardivement. Autre ambition : exporter cette méthode dans les pays émergents qui disposent de peu de moyens pour le dépistage.

Le premier chien qui sera dressé est un malinois de 18 mois baptisé Thor. Sa formation devrait commencer à l'automne à Magnac-Laval, où sera aussi installé le laboratoire d'analyses auquel seront envoyés les morceaux de tissus utilisés pour le dépistage après avoir été portés quelques heures dans le soutien-gorge. Thor devrait rapidement avoir un compagnon, car un appel aux dons avait été brièvement lancé pour ce projet. Les 80.000 euros demandés ont été récoltés en à peine 3 semaines.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess