Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences
Dossier : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Nucléaire : des comprimés d'iode seront désormais distribués à 20 km autour de la centrale de Fessenheim

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les comprimés d'iode neutre sont distribués tous les sept ans autour des sites nucléaires français, jusqu'à présent dans un périmètre de 10 kilomètres. Depuis septembre 2019, le rayon est élargi à 20 kilomètres y compris autour de la centrale de Fessenheim censée pourtant fermer d'ici l'été 2020.

Des comprimés d'iode désormais distribués à 20km autour de Fessenheim, ici une plaquette d'information à la pharmacie du Neuland (Sundhoffen) le 18/09/19
Des comprimés d'iode désormais distribués à 20km autour de Fessenheim, ici une plaquette d'information à la pharmacie du Neuland (Sundhoffen) le 18/09/19 © Radio France - Solène de Larquier

Les habitants autour de Fessenheim les connaissent : les petites boîtes bleues contenant des comprimés d'iode sont distribuées tous les sept ans à la population vivant autour de la centrale nucléaire, un comprimé à prendre uniquement sur ordre de la préfecture, en cas d'accident nucléaire. Une nouvelle campagne commence mi-septembre, avec un périmètre élargi. Au lieu de 10 kilomètres jusqu'à présent, toutes les communes situées jusqu'à 20 kilomètres autour de la centrale de Fessenheim vont recevoir cette fois-ci les comprimés. Cela concerne 39 nouvelles communes.

Pourquoi un élargissement du périmètre ? 

Il s'agit en fait d'une décision nationale : pour aller vers une harmonisation européenne, la France étend la zone de distribution à un rayon de 20 kilomètres, même pour la centrale haut-rhinoise, censée pourtant pourtant fermer dans les mois qui viennent. "Tant qu'il y a du combustible dans la centrale, il y a un risque" appuie le sous-préfet de Thann-Guebwiller, Daniel Mérignargues. Comme Fessenheim sera en fonctionnement au moins jusqu'à l'été 2020, la centrale haut-rhinoise fait toujours partie du programme de prévention. 

Pourquoi la préfecture distribue-t-elle de l'iode ? 

Le comprimé ne doit se prendre qu'en cas d'alerte, si, et seulement si le préfet en donne l'ordre. Une alerte diffusée par les médias. Cette iode neutre sature la thyroïde pour éviter que l'iode radioactif ne s'y fixe. L'efficacité est de 24h.  Dans les faits, 39 nouvelles communes sont concernées par la distribution d'iode, d'Andolsheim à Illzach, quasiment jusqu'à Colmar et Mulhouse donc. 

En tout, 54 communes sont maintenant concernées. Concrètement, un courrier a déjà été envoyé à la population et les mairies sont invitées à communiquer pour que les habitants aillent ensuite avec leur coupon chercher l'iode à la pharmacie, qui expliquera la posologie et distribuera également les plaquettes d'information. 

"L'objectif est que ces comprimés ne servent jamais" - Daniel Mérignargue, sous-préfet de Thann-Guebwiller

L'idée c'est à la fois de distribuer les comprimés d'iode dans un rayon de 20 kilomètres, mais aussi d'améliorer la connaissance des réflexes à adopter en cas d'alerte. Les exercices d'évacuation vont d'ailleurs être renforcés dans les communes situées dans les cinq kilomètres autour de Fessenheim. 

La préfecture tient par ailleurs à rassurer sur les effets du comprimé d'iode. "En Pologne où l'administration de ces comprimés d'iode a été faite juste après l'accident de Tchernobyl à toute la population, on s'aperçoit qu'il n'y a pas aujourd'hui plus de cancers de la thyroïde", affirme le sous-préfet de Thann-Guebwiller. Daniel Mérignargue dit comprendre que ces mesures puissent être anxiogènes, mais tient aussi à rassurer : "Il s'agit d'informer avant tout. L'objectif est que ces comprimés ne servent jamais".

Les 39 nouvelles communes concernées par la distribution de pastilles d'iode

39 nouvelles communes sont concernées par cette distribution, portant le nombre de communes haut-rhinoises concernées à 54. Voici la liste des nouvelles communes : Algolsheim, Andolsheim, Appenwihr, Baldersheim, Biesheim, Kunheim, Rixheim, Logelheim, Rouffach, Merxheim, Ruelisheim, Meyenheim, Sainte-Croix-en-Plaine, Battenheim, Munwiller, Sausheim, Neuf-Brisach, Sundhoffen, Biltzheim, Niederentzen, Ungersheim, Ensisheim, Niederhergheim, Vogelgrun, Gundolsheim, Oberentzen, Volgelsheim, Hettenschlag, Oberhergheim, Weckolsheim, Hombourg, Ottmarsheim, Widensolen, Illzach, Petit-Landau, Wittenheim, Kingersheim, Réguisheim et Wolfgantzen.

Des questions sur la date de fermeture de Fessenheim

L'un des réacteurs de Fessenheim présente actuellement un problème de fabrication sur certains composants, a annoncé EDF mercredi. Mais cela ne représente pas un danger, affirme l'entreprise, le réacteur peut rester en service. En tout, six réacteurs nucléaires sont concernés en France. La centrale nucléaire alsacienne, la plus vieille de France, doit normalement fermer en 2020.  Mais il n'y a toujours pas eu de confirmation.

Un calendrier a pourtant été donné par EDF : la fermeture du réacteur numéro 1 est programmée en mars 2020 et celle du réacteur numéro 2 en août 2020. Mais l'entreprise entretient encore une part de flou. L'autorité de sûreté nucléaire assurait avant l'été qu'EDF n'avait toujours pas déposé la déclaration de mise à l'arrêt définitif. Conséquence : il est impossible pour l'ASN de mettre en place un calendrier pour le démantèlement du site. 

Le volet financier n'est en réalité pas encore ficelé. EDF négocie avec l'Etat le montant de l'indemnisation pour le préjudice économique que représente la fermeture de la centrale. 850 salariés de l'électricien travaillent à la centrale de Fessenheim.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu