Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des contrats pour inciter les jeunes médecins à s'installer en Champagne-Ardenne

mercredi 11 novembre 2015 à 19:35 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Depuis novembre 2013, 26 jeunes médecins ont signé des contrats de praticiens territoriaux en Champagne-Ardenne : des contrats qui apportent des avantages à ceux qui choisissent les déserts médicaux pour exercer.

26 nouveaux médecins se sont installés grâce aux PTMG depuis 2013.
26 nouveaux médecins se sont installés grâce aux PTMG depuis 2013. © Radio France - Sophie Constanzer

Pour lutter contre les déserts médicaux, de nouveaux jeunes médecins vont être aidés pour leur installation d'ici la fin de l'année en Champagne-Ardenne. Depuis novembre 2013, 26 d'entre eux ont bénéficié des contrats de praticiens territoriaux de médecine générale (PTMG). Des contrats qui garantissent un revenu de complément et une protection sociale aux jeunes médecins libéraux qui s'installent dans des zones sous dotées en généralistes. 

Une protection sociale en cas de maladie ou congé maternité

Dans les 26 contrats qui ont déjà été signés depuis novembre 2013 dans la région Champagne Ardennes, 43% l'ont été dans la Marne et 15% dans les Ardennes. Le contrat de PTMG est avant tout un coup de pouce. Jacques Olivier Dauberton, père de famille, s'est installé en tant que médecin généraliste il y a un an à Saint Rémy en Bouzemont (600 habitants) dans la Marne : "Parce que dans les premiers mois de l'installation, on se pose des questions sur comment faire s' il y a le moindre accident. Le contrat je l'ai signé pour pouvoir protéger ma famille". 

Ce qui va pousser à l'installation, c'est une structure organisée -- Jacques Olivier Dauberton, jeune médecin

Ce contrat permet ainsi de combler le manque de protection sociale pour les médecins libéraux les deux premières années de l'installation, s'ils font le choix de s'installer dans des zones sous dotées en médecins, mais ça ne suffit pas à les convaincre. "Ce qui va pousser à l'installation, c'est une structure organisée", souligne Jacques Olivier Dauberton qui ne travaille pas seul à Saint Rémy en Bouzemont : "je suis entouré d'infirmières, d'un podologue, et un kiné va s'installer bientôt".