Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Des infirmiers libéraux mayennais craignent d'être les oubliés du plan Ségur de la santé

-
Par , France Bleu Mayenne

Le gouvernement a lancé ce 25 mai les premiers entretiens pour construire son "plan Ségur" de la santé. Edouard Philippe promet une hausse "significative" du salaire des soignants. Les infirmiers libéraux mayennais espèrent que cette hausse sera la même pour eux que pour les infirmiers hospitaliers.

Infirmier (illustration)
Infirmier (illustration) © Maxppp - MAXPPP

Les discussions sont lancées depuis ce lundi 25 mai autour du plan Ségur, plan du gouvernement pour aider les hôpitaux et les soignants. Le Premier Ministre a déjà promis devant 300 représentants de syndicats, de directeurs d'hôpitaux, d'EHPAD et de libéraux une hausse "significative" du salaire des soignants, très sollicités pendant cette crise sanitaire du Covid-19. Mais sera-t-elle la même pour les soignants hospitaliers que pour les soignants libéraux ?

93% de la gestion du covid s'est fait à domicile"

David Guillet est infirmier libéral à Cossé-le-Vivien depuis 16 ans et président de l'URPS, l'union régionale des professionnels de santé de son secteur, il espère une égalité entre tous les soignants. Notamment, parce que les libéraux étaient eux aussi mobilisés pour faire face au covid-19. Il ne faut pas l'oublier selon lui.

"L'hôpital accueillait les cas les plus graves mais il faut savoir que 93% de la gestion du covid s'est fait à domicile" rappelle David Guillet. "En Mayenne, une organisation a été mise en place avec les huit "centres covid" avec une relation privilégiée entre les infirmiers et les médecins traitants pour avoir un suivi de la population touchée par le covid mais à domicile", explique-t-il.

Les négociations entre le gouvernement et les syndicats, les fédérations hospitalières débutent mardi 26 mai et doivent aboutir d'ici début juillet selon Edouard Philippe.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu