Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un premier pas vers le monde du travail pour des jeunes lavallois souffrant de troubles psychiatriques

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

Le centre hospitalier de Laval et la Chambre des Métiers de la Mayenne poursuivent leur partenariat en 2020. Cinq jeunes atteints de troubles psychiatriques vont pouvoir à nouveau participer à des ateliers de formation, en cuisine et en pâtisserie.

Cinq jeunes de 11 à 16 ans participeront en 2020 à ces ateliers, notamment de cuisine.
Cinq jeunes de 11 à 16 ans participeront en 2020 à ces ateliers, notamment de cuisine. © Maxppp - Maxppp

Des jeunes de 11 à 16 ans souffrant de troubles psychiatriques comme la dépression, l'anxiété, la bipolarité découvrent le monde du travail. Ils peuvent participer à des ateliers pour apprendre les métiers de cuisinier ou de l'hôtellerie.

C'est possible grâce à un partenariat entre l'hôpital de Laval et la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de la Mayenne qui existe depuis 2011 et qui est renouvelé en 2020. C'est un moyen pour ces jeunes de se tourner vers l'avenir.

Trois ateliers par an

Cinq adolescents participent à ces ateliers et il y a trois ateliers chaque année. Souvent, celui du mois de décembre, c'est un atelier pâtisserie sur le thème des fêtes

"Ils peuvent préparer une bûche, l'année passée, c'était en forme de traîneau du Père Noël. Chaque jeune part avec sa réalisation, avec sa bûche bien présentée dans une jolie boîte, bien décorée. Ils partent fiers d'avoir réaliser leur oeuvre", estime Sabine Fosse, pédopsychiatre au centre hospitalier de Laval.

Ils partent aussi avec une meilleure estime d'eux-mêmes, une estime que ces jeunes ont souvent perdu sur les bancs de l'école, selon Sabine Fosse : 

L'élève n'a pas une scolarité régulière parce qu'il a des soins importants qui vont être réguliers, et donc il y a souvent un retentissement sur la scolarité. C'est une sorte de cercle vicieux. L'adolescent perd confiance en ses capacités et il a le sentiment qu'il réussit moins bien que les autres élèves de sa classe.

C'est pourquoi ces jeunes ne font pas forcément de projet d'avenir. Ces ateliers sont donc là pour leur redonner envie de trouver un métier et cela fonctionne

"Je pense à une jeune en particulier que l'on a revue et qui fait désormais un deuxième CAP. C'est toujours une jeune qui a un suivi mais qui a un travail aujourd'hui, et ça, c'est super", explique Valérie Meignan, infirmière à l'hôpital de jour de Laval.

Un jeune sur trois poursuit une formation

Selon elle, tous les ans dans chaque groupe, c'est un jeune sur trois qui se lance ensuite dans une formation.

Il est difficile de faire plus d'ateliers dans l'année, cela demande beaucoup de temps au personnel hospitalier. Ce n'est pas une question de budget, l'ensemble du projet ne coûte que 1 000 euros. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu