Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des lycéens de l'Yonne sensibilisés à la pollution de l'air "intérieur "

-
Par , , France Bleu Auxerre

On parle souvent des pics de pollution (notamment durant ces période de grand beau temps) mais une autre pollution, beaucoup plus spectaculaire nous affecte au quotidien. C'est celle de l'air intérieur.

Attention à la qualité des produits ménagers
Attention à la qualité des produits ménagers © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

Nos intérieurs sont en effet beaucoup plus pollué que dehors. Or on y passe en moyenne 16 heures sur 24. C'est le message que voulait faire passer la Mutualité Française lors d'une intervention ce lundi à Saint-Denis-lès-Sens, dans l'Yonne, devant des élèves de première du lycée Saint Colombe.

Objectif  changer nos habitudes

Martine Bochaton est conseillère médicale en environnement intérieur. Elle cherche à faire changer les comportements vis à vis des parfums d'ambiance, des produits ménagers ou des meubles qu'on achète et elle commence par un chiffre choc : "l'air intérieur est cinq à sept fois plus pollué que l'air extérieur" et nous en sommes responsables.  

Comment supprimer les mauvaises odeurs ? " Par des parfums d'ambiance, des bougies, de l'encens" répondent les élèves. Martine Bochaton précise que les parfums d'ambiance _"_irritent les appareils respiratoires et peuvent créer des allergies". Ces adolescents comme Charlotte sont déjà en partie conscients de la nocivité de ces produits : "mes parents aiment beaucoup ce type de produit et en mettent partout. Même si j'en parle, ils adaptent certaines choses mais ils ne changent pas radicalement."

Difficile de changer aussi pour les jeunes, quand ça les touche, là où ça fait mal : "Qui dort avec son téléphone sous son oreiller ou à 15 cm de vous ?" demande la conseillère médicale". La moitié de la classe lève la main. 

Apprendre tôt à changer nos habitudes

Pas de téléphone dans la poche

Flavie a son téléphone près des appareils reproducteurs. "C'est un élément qui va perturber les possibilités de procréation pour plus tard" souligne Martine Bochaton. Flavie reconnait que c'est dur de s'éloigner de ses deux téléphones : "le problème c'est que je me rends compte que je suis accroc. Je n'arrive pas à m'en décrocher." Ces habitudes sont d'autant moins dures à changer que l'on commence tôt.

Les bons conseils

Parmi les conseils pratiques apportés aux élèves : aérer les pièces au moins 15 minutes par jour, utiliser du bicarbonate de soude dans une coupelle pour adsorber les mauvaises odeurs ou encore des huiles essentielles. En France, 30% des habitants sont allergiques, les prévisions estiment qu'il y en aura 50% en 2050.