Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des médecins et des usagers réclament une IRM à Granville

-
Par , France Bleu Cotentin

Dans la Manche, il y a des IRM à Cherbourg, Valognes, Saint Lô, Avranches et Coutances, mais pas dans la cité corsaire, qui est pourtant l'une des plus grosses villes du département. Le collectif des médecins de la Manche aimerait que cela change.

L'hôpital de Granville appartient au même complexe que celui d'Avranches, mais il n'y a pas d'IRM dans la cité corsaire.
L'hôpital de Granville appartient au même complexe que celui d'Avranches, mais il n'y a pas d'IRM dans la cité corsaire. - Capture Google Maps

Fin 2019, une consultation sur la santé dans le sud-Manche a permis de dégager certaines priorités. La mise en place d'un équipement d'IRM à Granville en fait partie. Mais en décembre dernier, l'Agence régionale de santé a annoncé l'installation d'un deuxième IRM à  Coutances, sans mentionner Granville. 

L'Agence régionale de santé justifie son choix par la présence de radiologues, mais cette explication est contestée par les médecins granvillais. Pour Frédérique Sarrazin, médecin libéral et membre du collectif des médecins de la Manche, il faut un IRM à Granville, aussi bien pour les urgences que pour les malades chroniques. 

Inégalité d'accès aux soins

Elle a parmi ses patients des malades du cancer. "J'ai besoin de faire des bilans complets avant de mettre en route des traitements, explique-t-elle. Il faut savoir qu'à Paris, on peut avoir un IRM dans la semaine, et chez nous c'est deux mois, voire deux mois et demi d'attente."

Dans ces circonstances, les médecins appellent les secrétariats, défendent leurs cas pour accélérer la procédure, mais "ce n'est pas comme cela que ça doit fonctionner," selon Frédérique Sarrazin, qui dénonce une inégalité dans l'accès aux soins.

Il faut aussi transporter certains malades jusqu'aux IRM d'Avranches et de Coutances, des prestations parfois prises en charge par la Sécurité sociale, et donc un coût supplémentaire. Pour le médecin, c'est un symptôme de plus de la crise de la santé dans le territoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu