Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des médecins et professeurs hospitaliers s'inquiètent des pénuries de médicaments

-
Par , France Bleu

Une vingtaine de médecins et professeurs hospitaliers dénoncent, dans une tribune publiée ce dimanche dans le JDD, les pénuries de médicaments qui s'aggravent ces derniers mois. Ils souhaitent que les laboratoires fassent des stocks, et que la production soit relocalisée en Europe.

La pénurie de centaines de médicaments s'est aggravée ces derniers mois en France.
La pénurie de centaines de médicaments s'est aggravée ces derniers mois en France. © Maxppp - Delphine Goldsztejn

Une vingtaine de médecins et professeurs hospitaliers s'inquiètent, dans une tribune au Journal du dimanche, des pénuries de médicaments qui handicapent des milliers de malades en France depuis plusieurs mois. Ils appellent à imposer aux laboratoires la constitution de stocks pour les remèdes les plus cruciaux, et souhaitent que la production soit relocalisée en Europe.

Cancer, antibiotiques, corticoïdes, vaccins... vingt fois plus de pénuries en dix ans 

"Très rares il y a une dizaine d'années, les pénuries de médicaments se multiplient", alertent les 26 signataires, qui s'inquiètent que 868 "signalements de tensions ou de ruptures d'approvisionnement" aient été relevés en 2018 dans les hôpitaux, soit "vingt fois plus qu'en 2008". Or, "les malades sont les premières victimes" de ces pénuries concernant "des médicaments du cancer, des antibiotiques, des corticoïdes, des vaccins, des traitements de l'hypertension, des maladies cardiaques, du système nerveux... ", ajoutent-ils.

Les médicaments peu coûteux particulièrement concernés

"Ces pénuries ne touchent pas les très chères innovations thérapeutiques mais des médicaments peu coûteux qui, bien qu'anciens et tombés dans le domaine public, constituent toujours l'essentiel de la pharmacopée", déplorent les signataires. 

S'ils saluent les mesures mises en place ces dernières années, notamment l'obligation imposée aux laboratoires pharmaceutiques de mettre en place des plans de gestion des pénuries, ils estiment que "l'efficacité de ces mesures apparaît jusqu'alors dérisoire". Pour eux,"ces plans visent à gérer les pénuries et non à les prévenir".

Sortir de l'emprise des laboratoires

Les signataires demandent donc que soient imposées aux laboratoires pharmaceutiques titulaires de l'autorisation de mise sur le marché "la constitution et la gestion de stocks" de médicaments d'intérêt thérapeutique majeur. Ils demandent aussi la création d'un "établissement pharmaceutique à but non lucratif, si possible européen". Une telle structure permettra "de prévenir les pénuries et sera la garante de la qualité des médicaments et de prix justes et pérennes", assurent-ils.

Relocaliser la production en Europe

Alors que la plupart des laboratoires pharmaceutiques résident Occident, "la production des principes actifs de 80% des médicaments passés dans le domaine public a été depuis plusieurs années, pour des raisons de moindre coût, délocalisée en Inde et en Chine", dénoncent les médecins, qui expliquent que ces délocalisations peuvent entraîner des ruptures d'approvisionnement, mais aussi des malfaçons. Ils appellent à ce que "soit rapatriée en Europe la production des principes actifs".

Choix de la station

France Bleu