Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des médecins partagés avec l'hôpital d'Orléans, une solution pour la maison de santé de la Source ?

-
Par , France Bleu Orléans

C'est une des solutions envisagées pour sauver la Maison de Santé pluridisciplinaire Simone Veil, dans le quartier de la Source à Orléans. Elle perdra ses deux derniers médecins à la fin de l'année. L'hôpital d'Orléans cherche à recruter de jeunes médecins diplômés qui partageraient leur temps

Le centre hospitalier régional d'Orleans
Le centre hospitalier régional d'Orleans © Radio France - Anne Oger

Orléans, France

Depuis plusieurs mois, les habitants du quartier de la Source à Orléans sont très inquiets pour l'avenir de leur maison de santé, ouverte en 2016. Deux médecins sont déjà partis, les deux derniers ont annoncé qu'ils arrêteront leur activité à la fin de l'année.

Pour tenter d'attirer de jeunes médecins pour prendre le relais, l'hôpital d'Orléans a proposé à la mairie d'Orléans de se les partager, en s'engouffrant dans un dispositif prévu dans la loi Santé 2022. Adoptée définitivement en juillet dernier, l'un de ses objectifs est de lutter contre la désertification médicale.

Un dispositif de la loi Santé contre la désertification médicale

Il s'agit de recruter des médecins qui se partageraient à mi-temps entre un poste de spécialiste à l'hôpital d'Orléans, et les patients de la maison de santé de la Source. "Ca peut-être intéressant pour de jeunes diplômés qui ont été formés à l'hôpital et qui ainsi y garderont un pied, tout en prenant leurs marques comme médecins de ville dans un cabinet, d'autant que c'est sur un même territoire" explique Olivier Boyer, le directeur du CHR d'Orléans. Ce sont des contrats de deux ans, au bout desquels le jeune médecin peut choisir entre rester exercer en milieu hospitalier, ou bien ouvrir un cabinet en ville. 

Le dépliant d'informations de l'ARS sur les médecins partagés - Aucun(e)
Le dépliant d'informations de l'ARS sur les médecins partagés - Capture écran site ARS

Une solution qui intéresse l'hôpital d'Orléans au-delà du cas précis de la MSP de la Source, car ces postes seront financés par l'Etat. 200 seront créés partout en France, 13 sont d'ores et déjà financés en région Centre Val de Loire. "Il y a aussi la MSP Saint Marceau à Orléans qui pourrait être intéressée, mais il y a aussi des projets à Montargis, et Beaune la Rolande" ajoute Olivier Boyer. 

Des postes de spécialistes à l'hôpital d'Orléans

Le CHRO a donc créé huit fiches de postes, déjà disponibles sur le site de l'Agence Régionale de Santé. Des postes de médecins-spécialistes à l'hôpital, puisqu'ils seraient salariés (en diabétologie, en gériatrie, au centre d'interruption volontaire de grossesse, à la maternité, un poste d'urgentiste...). En ville ils auront leur propre cabinet, en libéral. 

C'est intéressant aussi pour les patients, les liens seront plus simples avec l'hôpital - Valmy Noumy adjoint à la Santé

Mais pour que cette solution fonctionne, il faudrait qu'au moins quatre médecins soient recrutés de cette manière. Dans un territoire particulièrement touché par la désertification médicale, c'est une gageure. Dont a bien conscience Valmy Noumy, l'adjoint au maire d'Orléans chargé de la santé. "C'est vrai que ce serait intéressant pour les patients également, les liens seraient plus faciles avec l'hôpital, pour obtenir un rendez-vous avec l'hôpital par exemple. Mais nous savons que ça ne peut pas être la solution, c'est pourquoi nous avons d'autres pistes", dit-il. Sans en dire davantage sur ces fameuses pistes, cependant.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu