Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des médecins qui refusent de soigner les patients pauvres vont être poursuivis par l'Ordre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'Ordre des médecins a condamné jeudi l'attitude de professionnels qui refusent de soigner les patients disposant de la CMU et les immigrés en situation irrégulière bénéficiant de l'aide médicale d'Etat (AME), et annoncé son intention de porter plainte.

Ces douze médecins refusaient ostensiblement les bénéficiaires de la CMU et de l'AME
Ces douze médecins refusaient ostensiblement les bénéficiaires de la CMU et de l'AME © Maxppp - Vincent Isore

"Pas de CMU acceptée" pouvaient lire les patients sur les pages de prise de rendez-vous en ligne de douze médecins et dentistes, épinglés jeudi par l'Ordre des médecins qui affirme vouloir porter plainte. Ce sont ces captures d'écran saisies sur le site Doctolib qui ont lancé l'affaire.

Des pratiques discriminatoires illégales

Trois associations dont Médecins du monde avaient saisi le Défenseur des droits, dénonçant dans une lettre "les pratiques illégales et discriminatoires de refus de soins" de ces professionnels. "Certains médecins utilisent les sites internet destinés à la prise de rendez-vous en affichant sans équivoque le refus de recevoir en consultation les patients bénéficiaires de l'AME ou de la CMU", s'indignaient-elles en joignant des captures d'écran des sites en question.

"Un tel comportement est absolument inacceptable, tant sur le plan déontologique que moral", condamne jeudi dans un communiqué l'Ordre des médecins qui "va saisir les chambres disciplinaires de plaintes à l'encontre de ces médecins". Il proteste en revanche "contre l'accusation de son inaction par le Défenseur des droits", Jacques Toubon, qui dans un article du Monde révélant l'affaire, estimait que "le conseil de l'Ordre niait la réalité". "Les refus de soins illégaux auxquels sont exposés les bénéficiaires de la CMU-C, de l'Aide à la complémentaire santé (ACS) et de l'AME ont fait l'objet de dénonciations multiples. Pourtant, les pratiques illégales perdurent", déplore de son côté le Défenseur des droits.

Pour se défendre, les médecins visés ont avancé que leur lecteur de carte vitale ne fonctionnait pas, ou que leur agenda était complet pour plusieurs mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess