Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

60 Millions de Consommateurs dénonce des nanoparticules non-signalées dans des produits sucrés

jeudi 24 août 2017 à 10:30 Par Mooréa Lahalle, France Bleu

Des additifs présents sous forme de nanoparticules dans des sucreries sans que ce soit spécifié ? C'est ce que dénonce le magazine 60 Millions de Consommateurs dans son édition de septembre qui s'inquiète des effets sur la santé et déplore l'opacité des industriels.

Des additifs sont présents sous forme de nanoparticules dans des sucreries sans que ce soit spécifié, dénonce le magazine 60 Millions de Consommateurs.
Des additifs sont présents sous forme de nanoparticules dans des sucreries sans que ce soit spécifié, dénonce le magazine 60 Millions de Consommateurs. © AFP - SPENCER PLATT

Dans son édition de septembre, le magazine 60 Millions de Consommateurs dénonce la présence d'additifs sous forme de nanoparticules dans les sucreries, sans que ce soit précisé sur les emballages. Le magazine s'inquiète notamment des effets sur la santé et déplore l'opacités des industriels, d'autant plus qu'une alerte avait déjà été lancée dans le passé par des ONG.

Un additif qui favorise la croissance de lésions pré-cancéreuses chez le rat

En 2016 déjà, Agir pour l'environnement avait alerté sur la présence de nanoparticules, dont le dioxyde de titane, dans de nombreux produits alimentaires où ils n'étaient pas signalés sur les étiquettes. C'est encore une fois le dioxyde de titane qui est mis au cause. Également appelé E171, il est classé par l'agence du cancer de l'OMS comme cancérogène possible pour l'homme. En France, l'Inra a publié une étude concluant que l'exposition chronique au E171 favorise la croissance de lésions pré-cancéreuses chez le rat. Un des auteurs avait précisé que les résultats de cette étude ne s'appliquait pas à l'homme.

Biscuits Napolitain, gâteaux glacés Monoprix...

Sur 18 produits sucrés testés par 60 Millions, 100 % contiennent du dioxyde de titane sous forme de nanoparticules mais dans des proportions variées. Il représentait de 10% à 100% de l'additif présent dans ces différentes sucreries, notamment dans les biscuits Napolitain de Lu (12%) en passant par les gâteaux glacés Monoprix Gourmet (100%) ou le chocolat Milka. Le dioxyde de titane (ou additif E171) est utilisé dans l'industrie cosmétique et agroalimentaire notamment pour blanchir confiseries, plats préparés et même des dentifrices.

L'association précise que même si la présence d'E171 apparaît clairement sur les étiquettes, la mention nanoparticules n'est jamais apposée. Or, la taille des nanoparticules pose question pour la santé car étant 50.000 fois plus petites qu'un cheveux, elles passent plus facilement les barrières physiologiques, selon l'association. "Lorsqu'une substance étrangère s'immisce au sein même d'une cellule, on peut évidemment supposer qu'il peut y avoir des dégâts, en tout cas un dérèglement de certaines de ces cellules", a expliqué à l'AFP Patricia Chairopoulos. Elle reproche également aux industriels concernés de faire preuve de "manque de vigilance" et de "manque de rigueur".