Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des Nantais vont tenter de percer les mystères du sol de la planète Mars

mardi 27 novembre 2018 à 10:12 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Sept chercheurs nantais ont participé à la conception du sismomètre qui est arrivé sur Mars, ce lundi soir, avec la sonde InSight. Un moment fort en émotions qui concrétise de nombreuses années de travail.

Sur Mars, InSight a emporté le sismomètre conçu grâce aux chercheurs nantais
Sur Mars, InSight a emporté le sismomètre conçu grâce aux chercheurs nantais © Maxppp -

Nantes, France

Ils ont eux aussi retenu leur souffle ce lundi soir. Les sept chercheurs nantais qui travaillent depuis des années sur le sismomètre envoyé sur la planète Mars avec la sonde InSight. Elle s'est posée comme prévu sur la planète rouge. L'étude de son sol et de ce qui se passe en-dessous devrait donc pouvoir commencer.

Même si c'est un robot, on a tendance à s'imaginer que c'est quelqu'un qui va se poser plus qu'une machine

"Ça fait 25 ans maintenant que ce projet a été lancé et qu'on nous a demandé d'y participer", explique Antoine Mocquet, le directeur du laboratoire de planétologie et de géodynamique de Nantes. Un quart de siècle de travail qui aurait pu être réduit en poussière si "l'amarsissage" de la sonde s'était mal passé. 

"Ce qui est assez étrange, dans ce moment assez émouvant, c'est que même si c'est un robot, on a tendance à le personnaliser un petit peu et à s'imaginer que c'est quelqu'un qui va se poser plus qu'une machine", poursuit Antoine Mocquet. "Donc on est presque anxieux pour lui", glisse-t-il dans un sourire. 

On a retenu notre souffle avant d'avoir la confirmation que la sonde était bien arrivée

C'est donc le soulagement qui a suivi les sept dernières minutes du voyage de la sonde, les sept plus périlleuses. "Quand on a entendu 30 mètres, 17 mètres, et que la personne a attendu pour être vraiment sûre d'avoir le bip comme quoi elle était bien arrivée, entre le 17 mètres et l'arrivée finale, il y a eu ce petit laps de temps où on a retenu notre souffle".

À l'intérieur de la sonde InSight, le sismomètre conçu grâce à sept chercheurs nantais - Visactu
À l'intérieur de la sonde InSight, le sismomètre conçu grâce à sept chercheurs nantais © Visactu -

En étudiant Mars, on va pouvoir mieux comprendre comment était la Terre à ses débuts

Tout s'est déroulé comme prévu, les chercheurs nantais devraient donc maintenant pouvoir commencer à examiner le sol et le sous-sol de Mars. "En exagérant un petit peu, l'image que l'on a actuellement de la surface de Mars, c'est sans doute ce qui était la Terre il y a 3,5 ou 4 milliards d'années, vraiment à l'origine de ces planètes. Il se trouve que Mars a terminé son évolution très rapidement par rapport à la terre et que toutes les traces de cette époque ont, sur Terre, été effacées. Donc en étudiant l'intérieur de Mars, on va pouvoir mieux comprendre comment était la Terre à son origine et comment elle a pu évoluer jusqu'à nos jours".