Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des patients et médecins alertent sur la pénurie inquiétante de certains médicaments

lundi 29 octobre 2018 à 17:17 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le nombre de médicaments indisponibles ou en rupture de stock atteint un niveau inégalé selon l'association France Parkinson et plusieurs neurologues qui lancent une pétition nationale relayée dans la presse ce lundi.

L'association France Parkinson lance une pétition adressée au gouvernement pour alerter sur la pénurie de médicaments majeurs dans cette pathologie depuis l'été.
L'association France Parkinson lance une pétition adressée au gouvernement pour alerter sur la pénurie de médicaments majeurs dans cette pathologie depuis l'été. © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Médicament contre la maladie de Parkinson, antiépileptiques, anticancéreux ou encore vaccins : en dix ans, les signalements concernant des ruptures de stock ou les problèmes d'approvisionnement de certains médicaments ont été multiplié par dix.

Dans une tribune publiée par Le Parisien dimanche, le Collectif Parkinson, qui regroupe des associations de malades, et des neurologues lancent un "cri d'alerte". Dans une pétition adressée au gouvernement, ils dénoncent "les ruptures récurrentes de médicaments" auxquelles ils sont "confrontés depuis des mois" et "réclament que des sanctions soient prévues envers les laboratoires ne remplissant pas leur devoir d’approvisionnement." 

La plus longue rupture de stock recensée

Le laboratoire MSD avait annoncé fin août, une rupture de stock prolongée de certains dosages d'un médicament utilisé par 45.000 patients en France (sur 200.000 malades de Parkinson), le Sinemet. La rupture de stocks est prévue jusqu'en mars 2019, du fait de la fermeture de l'usine américaine produisant le médicament pour une mise aux normes. Selon l'agence du médicament ASNM il s'agit de "la plus longue rupture qu'on ait pu avoir pour le Parkinson".

L'agence sanitaire a proposé des alternatives le 19 septembre dernier, mais les médicaments proposés nécessitent des ajustements de doses et peuvent induire des déséquilibres chez les patients habitués au Sinemet.

Plusieurs centaines de médicaments victimes de pénurie

Les malades de Parkinson ne sont pas les seuls concernés par ces pénuries de médicaments et de vaccins, récurrentes en France. Un rapport du Sénat du 2 octobre recensait pas moins 530 médicaments victimes de pénuries en 2017, soit dix fois plus qu'il y a dix ans. Des chiffres proches de ceux de l'Ordre des pharmaciens qui a dénombré 431 médicaments en rupture d'approvisionnement en septembre dernier.

Les anticancéreux (Immucyst, Amétycine, Aracytine etc.) mais aussi les vaccins et les antibiotiques sont touchés par ces ruptures de stocks.

Des causes multiples

Délocalisation de la production à l'étranger, retard de fabrication, capacité de production insuffisante : les causes de cette pénurie sont multiples. À cela s'ajoute le fait que les laboratoires réduisent au maximum les stocks pour éviter les pertes et limiter les coûts selon Le Parisien.

Pour remédier à cette situation, les sénateurs ont proposé de créer un programme public de production et de distribution de médicaments essentiels et de grouper les achats de vaccins au niveau européen. 

Autre solution envisagée : aider financièrement les entreprises pharmaceutiques qui s'engageraient à fabriquer en France certaines substances actives jugées essentielles et sanctionner publiquement les industriels en cas de manquements dans la mise en oeuvre de leurs plans de gestion des pénuries.