Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des perturbateurs endocriniens et des substances cancérigènes dans l'air que l'on respire

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu
France

L'air que nous respirons contient des perturbateurs endocriniens et des substances cancérigènes. C'est le résultat d'une étude publiée ce mardi par Générations Futures. Sur tous les pesticides présents dans l'air et analysés entre 2002 et 2017, les 2/3 sont des perturbateurs endocriniens.

Des perturbateurs endocriniens et des substances cancérigènes ont été relevés dans l'air.
Des perturbateurs endocriniens et des substances cancérigènes ont été relevés dans l'air. © Maxppp - Philippe Turpin

L'air que nous respirons est pollué, ça on le sait, mais savez-vous que l'on respire aussi des pesticides ? C'est le résultat d'un rapport publié ce mardi par l'association Génération Futures sur les pesticides dans l'air. L'association de défense de l'environnement a épluché des analyses récentes de la qualité de l'air réalisées entre 2002 et 2017 et les 2/3 des pesticides relevés sont suspectés d'être des perturbateurs endocriniens. Selon l'étude, plus de 3/4 des substances sont considérées comme cancérigènes et perturbateurs endocrinien à la fois.

Des risques pour la santé

D'après la définition de l'OMS, l'Organisation mondiale de la santé, les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques, d'origines naturelles ou artificielles qui sont étrangères à l'organisme et qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien. Le plus connu : le Bisphénol A  interdit dans les contenants alimentaires depuis 2015, on le retrouvait notamment dans les revêtements de canette ou les boîtes de conserves. Au total, 11 substances ont été identifiées par l'ANSES. Elles sont présentes dans les produits de tous les jours, que ce soit en cuisine, dans la salle de bain ou dans les chambres d'enfants.

À faible dose, il n'y a pas de raisons de s'inquiéter mais au-dessus d'un certain seuil, on peut s'attendre à voir des effets néfastes pour la santé. Il y a par exemple plus de risque pour les femmes enceintes selon François Veillerette de l'association Générations futures, joint par France Inter. "On ne se contente pas de respirer deux fois par jour, on respire 24h/24 donc pour des organismes sensibles, les jeunes enfants et les fœtus dans le ventre de leur maman, on sait que ça peut avoir des effets sur le développement du fœtus. Il y a plus d'autisme dans certaines zones où les femmes sont exposées particulièrement aux pesticides dans l'air et des études aux États-Unis le montrent clairement."

Sensibiliser les populations 

L'objectif à court terme de Génération futures est de mettre en garde contre ces produits et les interdire en France et en Europe. "Les gens veulent savoir si demain l'agriculteur voisin va pulvériser ou pas des produits et aujourd'hui, il n'y a pas d'obligation dans la loi de le signaler", détaille François Veillerette de Générations Futures. "Il serait très simple d'envoyer un SMS pour prévenir, en disant attention je vais traiter demain matin, ne mettez pas votre linge dehors ou ce n'est pas le jour pour faire un pic-nic. On a vraiment une urgence d'avoir une obligation d'information en temps réel des riverains pour qu'ils puissent se protéger."

Protéger donc les populations mais aussi faire pression sur le gouvernement et les instances européennes. L'ANSES et Santé publique France ont justement lancé une nouvelle étude nationale en octobre sur l'exposition des riverains des zones viticoles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu