Santé – Sciences

Des résidus de pesticides interdits retrouvés dans des salades vertes

Par Julien Baldacchino, France Bleu Picardie et France Bleu mardi 22 septembre 2015 à 8:40

Selon l'étude, 77% des salades contiendraient des pesticides (illustration)
Selon l'étude, 77% des salades contiendraient des pesticides (illustration) © Max PPP

Selon une étude de l'association Générations futures, révélée ce mardi par France Info, les salades commercialisées en France font partie des légumes qui contiennent le plus de traces de pesticides. Et parmi ceux-ci, des perturbateurs endocriniens interdits depuis 2009.

La salade, un aliment sain et à manger sans risque ? Pas si sûr. C'est en tout cas ce qu'affirme l'association Générations futures, dans un rapport dont France Info révèle la teneur ce mardi. Après avoir épinglé les fraises dans une étude publiée en 2013, ce sont cette fois-ci les salades qui, selon l'association, contiennent trop de pesticides. 

Des pesticides dans près de huit salades sur dix

Sur 31 salades achetées par l'association dans cinq grandes enseignes dans l'Oise et la Somme, et auscultées par un laboratoire belge agréé, 24 contiennent des pesticides. Soit 77% des échantillons. L'une des salades contenait même des résidus de dix pesticides différents

En tout, cinq pesticides interdits en France ont été retrouvés dans ces salades. Et pour 21 des 31 salades, les scientifiques ont retrouvé des traces de perturbateurs endocriniens. Ces substances, présentes dans certains pesticides, modifient le comportement de notre système endocrinien, celui qui contrôle par exemple les organes sexuels ou la croissance.

Des substances dangereuses ?

Selon l'Agence nationale de sécurité de l'alimentation, ces substances seraient cancérigènes, notamment au niveau du sein, de l'utérus ou des testicules. Mais pour l'heure, aucune étude scientifique n'a réussi à conclure si les perturbateurs endocriniens sont dangereux pour la santé ou non. Quoi qu'il en soit, ces substances sont interdites dans les pesticides par l'Union européenne depuis 2009. Et même en très faibles quantités, ces substances peuvent avoir des conséquences non négligeables si elles sont mélangées à d'autres. 

Cela signifie-t-il qu'il faut arrêter de manger de la salade ? Pas forcément. Car le principe de précaution peut s'appliquer, mais il faudra des années avant que les scientifiques arrivent à confirmer ou non l'effet de ces substances sur la santé.