Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'ARS appelle à la prudence dans l'Hérault, où "le virus circule plus vite"

-
Par , France Bleu Hérault

Le nombre de cas de Covid-19 détectés par jour reste stable en Occitanie mais on enregistre deux nouvelles hospitalisations dans l'Hérault, dont une en réanimation, ce qui n'était pas arrivé depuis un mois. Les autorités sanitaires incitent à rester vigilant.

L'Agence régionale de santé Occitanie appelle à la plus grande vigilance, à plus forte raison dans les secteurs les plus touristiques.
L'Agence régionale de santé Occitanie appelle à la plus grande vigilance, à plus forte raison dans les secteurs les plus touristiques. © Maxppp - Nicolas Parent

Faut-il craindre une reprise de l'épidémie en France ? Alors que le taux de reproduction du virus repart à la hausse dans plusieurs régions, et notamment la Bretagne, en Occitanie, la situation est maîtrisée. On dénombre actuellement deux cas pour 100.000 habitants, quand le seuil d'alerte est à 50, comme en Mayenne ces derniers jours. Malgré tout, l'Agence régionale de santé appelle à la plus grande vigilance. 

Sept clusters

"On voit beaucoup de petits points clignoter. En l'occurrence on compte sept "clusters" dans la région, surtout dans le Gard et en Haute-Garonne, explique Pierre Ricordeau directeur de l'ARS Occitanie. Des petits "feux" qui sont maîtrisés mais qui montrent que le virus circule plus vite qu'il y a quelques semaines. Donc il faut rester extrêmement vigilant." 

Autrement dit, respect des gestes barrière, port du masque et "en cas de symptômes, aller chez son médecin se faire prescrire un test pour se faire dépister pour casser la chaîne de contamination. Sinon, la situation pourrait basculer, surtout dans une zone touristique comme la nôtre."

"Des petits "feux" qui montrent que le virus circule plus vite qu'il y a quelques semaines." Pierre Ricordeau

Deux nouvelles hospitalisations

Une quinzaine de personnes sont déclarées positives chaque jour en moyenne dans la région et ce chiffre là est stable. En ce qui concerne les hospitalisations, leur nombre n'a cessé de reculer depuis la fin du confinement. 

"Il ne restait plus que deux patients la semaine dernière dans les hôpitaux, raconte Alexandre Pascal directeur de l'ARS de l'Hérault. Et là... on a enregistré deux entrées ces derniers jours dont une en réanimation.. Le dernier patient en "réa" était sorti mi juin. Donc vigilance parce que le virus est toujours là et sa gravité aussi puisqu'on peut se retrouver en réanimation".

De l'importance du dépistage. Alexandre Pascal, ARS de l'Hérault

1.300 tests par jour

L'ARS incite au dépistage dès les premiers doutes. Pour l'instant, 1.300 tests sont réalisés quotidiennement dans l'Hérault, mais le département est en capacité d'en réaliser 7.000

En valeur absolue, on a constaté une hausse un nombre de cas positifs tout récemment : "les semaines précédentes on avait entre 0 et 3 cas positifs par jour dans l'Hérault. Là depuis une semaine on est entre 6 et 8 par jour mais le taux de positivité reste identique à hauteur de 1 % maximum. C'est le nombre de dépistages qui augmente. Mais une fois de plus, ça veut dire aussi que le virus circule !"    

En cas de doute, voici la procédure à suivre selon Alexandre pascal (ARS)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess