Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Des soignants de Dijon sont partis en renfort dans la Loire

-
Par , France Bleu Bourgogne

La région Stéphanoise est l'une des plus sérieusement touchée par l'épidémie de Covid-19. L'hôpital de Saint Etienne a dû se résoudre à envoyer des malades dans d'autres établissements de France et faire appel à des renforts. Des soignants dijonnais ont répondu à l'appel.

L'hôpital Nord de Saint-Etienne
L'hôpital Nord de Saint-Etienne © Radio France - Jeanne Richard

Dans un entretien accordé à France Bleu Saint Etienne - Loire, le directeur général délégué de l'Hôpital Privé de la Loire, Jean-Baptiste Séblain, fait le point sur la situation sanitaire très inquiétante dans le département de la Loire. Les capacités en réanimation ont du être triplées dans son établissement et des malades transférés en pays de Loire pour libérer des lits. L'hôpital a dû aussi faire appel à des renforts. 

"Un appel à la mobilisation collective" - Jean-Baptiste Séblain, directeur général délégué de l'Hôpital privé de la Loire

"On avait besoin d'une dizaine de médecins et paramédicaux. Aujourd'hui, _des soignants de Bayonne, de Dijon, de l'Ardèche ou encore de la Drôme nous ont rejoint_. L'activité du HPL est plutôt chirurgicale d'habitude, et on est amenés à faire beaucoup plus de médecine, donc on a besoin de renforts sur ce côté-là. Ce n'est pas un appel au désespoir, c'est plutôt un appel à la mobilisation collective." explique Jean-Baptiste Séblain

Choix de la station

À venir dansDanssecondess