Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Des soignants en colère mobilisés mais peu nombreux à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une centaine de soignants se sont rassemblés Place Darcy à Dijon, mardi 30 juin 2020, pour demander plus de moyens et de meilleures salaires. Alors que les propositions du "Ségur de la santé" sont attendues à la fin de la semaine, ils regrettent un soutien de la population en baisse.

Une centaine de personnes ont manifesté Place Darcy à Dijon mardi 30 juin 2020
Une centaine de personnes ont manifesté Place Darcy à Dijon mardi 30 juin 2020 © Radio France - Adrien Beria

"J'aime mon métier, pas la façon de l'exercer !". Une centaine de soignants en colère se sont rassemblés à Dijon, Place Darcy, mardi 30 juin 2020, dans le cadre d'un appel national des syndicats. Des personnels de santé qui veulent se faire voir, se faire entendre, alors que le Ségur de la santé, cette concertation lancée par le gouvernement sur le futur de l'hôpital, prend fin vendredi 3 juillet. Très marqués par la crise sanitaire, ils réclament toujours plus de moyens et des hausses de salaires. La mobilisation est en revanche en baisse, deux semaines après la manifestation du 16 juin qui avait regroupé un millier de personnes dans les rues de la ville."Vous voyez, il n'y a quasiment personne pour nous soutenir, les gens ont déjà oublié qu'ils ont besoin de nous", regrette Isabelle, infirmière au CHU de Dijon. Ce sera le défi des prochaines semaines, confirme Denis Bétand, de la CGT de l'hôpital de Semur-en-Auxois, qui prévoit déjà que le 14 juillet soit une journée de mobilisation. "Sans une mobilisation de la population, le système de santé ne changera pas", insiste-t-il. 

REPORTAGE - Les soignants regrettent que le soutien de la population ne faiblisse (déjà)

"Depuis le Covid, c'est décidé, je pars"

Parmi les manifestants, Isabelle, aide-soignante au CHU de Dijon. C'est le moins qu'on puisse dire, le coronavirus a changé sa vie. "J'étais dans cette démarche depuis plusieurs mois, mais depuis le Covid, c'est décidé, je pars, explique-t-elle au micro de France Bleu Bourgogne. Psychologiquement, c'était dur, il y a des images qui vont rester". Elle met en cause un manque de moyens : "on a été en danger pour notre travail, avec le manque de masques. C'est un ras-le-bol, j'adore mon métier pourtant". La jeune femme veut se reconvertir, pourquoi pas dans un poste de secrétariat. "Toujours à l’hôpital, précise-t-elle. C'est une vraie vocation l'hôpital public, malgré tout"

TEMOIGNAGE - Florence, aide-soignante dijonnaise, va changer de métier suite à la crise sanitaire

EN IMAGES - La colère des soignants s'affiche sur les pancartes 

La colère des soignants s'affiche sur les pancartes
La colère des soignants s'affiche sur les pancartes © Radio France - Adrien Beria
La colère des soignants s'affiche sur les pancartes
La colère des soignants s'affiche sur les pancartes © Radio France - Adrien Beria
La colère des soignants s'affiche sur les pancartes
La colère des soignants s'affiche sur les pancartes © Radio France - Adrien Beria
La colère des soignants s'affiche sur les pancartes
La colère des soignants s'affiche sur les pancartes © Radio France - Adrien Beria
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu