Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les laboratoires de Limoges sont débordés : près de 300 tests PCR sont réalisés par semaine

-
Par , France Bleu Limousin

Depuis 1 mois et demi, les laboratoires d'analyses médicales de Limoges réalisent près de 300 tests covid par semaine. La queue est longue sur les parkings où sont réalisés les drive tests. Les clients reviennent de vacances et le retour au travail approche. Illustration au labo Biolyss Ester.

Sur le site de Biolyss Ester, deux biologistes réalisent une centaine de tests PCR par jour.
Sur le site de Biolyss Ester, deux biologistes réalisent une centaine de tests PCR par jour. © Radio France - Rébecca-Alexie Langard

Le téléphone sonne encore et encore, toute la journée. Les secrétaires sont trois et leur unique tâche est de répondre aux appels : "nous sommes débordées, c'est dur en ce moment", avoue une d'entre elles. Sur le site du laboratoire d'analyses Biolyss Ester, une centaine de tests PCR (par écouvillon) sont réalisés par jour. Au total, près de 300 tests par écouvillon sont réalisés par jour sur tous les sites de Limoges, soit 3 personnes toutes les 10 minutes. 

Le personnel est à bout

À Biolyss Ester, ils ne sont que deux biologistes, dont Denis Mars : "_depuis un mois et demi, on est saturé_. Le personnel est à bout, on passe la journée à faire ça. On fait des tests pour tout ce qui est pré-opératoire, les personnes qui vont prendre l'avion, ceux qui rentrent de vacances et qui vont par exemple, travailler en maison de retraite. On devrait donner la priorité aux personnes qui ont des signes cliniques...mais on n'arrive plus à trier. Ils prennent rendez-vous par internet, ils appellent, et on les met à la suite, on enchaîne".

Des personnes malades au retour de vacances 

Le parking est plein jusqu'à l'entrée du laboratoire. La file de voitures s'étend. Chaque client a sa raison comme cette maman de deux enfants : "c'est par précaution avant la rentrée scolaire. Je reviens de vacances, j'étais à Royan et j'ai attrapé un rhume"; Arthur vient de rentrer en formation professionnelle et revient de vacances dans le sud de la France : "j'ai eu des maux de gorge suivis d'une très grande fatigue puis j'ai eu une angine alors que je viens de reprendre les cours. Pour le bien de tous, il vaut mieux que je me fasse tester".

Du matériel encore manquant

Ces tests par écouvillon font éternuer la personne qui se prend un grand coup de coton-tige dans le nez. D'où la nécessité de bien s'équiper pour les biologistes. Ce qui est encore compliqué. Du matériel manque comme les gants et les masques FFP2. Les biologistes ont même dû acheter des visières de jardinage pour se protéger correctement. De même, difficile pour les infirmières formées de réaliser des tests covid au domicile des personnes en devant se changer entre deux visites et en acheter d'avance. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess