Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des traces de glyphosate dans les urines de tous les "pisseurs volontaires" de Collias

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le 19 juin, une soixantaine de Gardois avaient fait un test d'urine devant deux huissiers à la mairie de Collias pour détecter une éventuelle présence de ce pesticide classé comme cancérogène probable. Tous en ont à des taux divers.

Les deux huissiers avec les tests urinaires réalisés à Collias
Les deux huissiers avec les tests urinaires réalisés à Collias © Radio France - Romain Berchet

Collias, France

Les résultats des tests urinaires réalisés le 19 juin à la mairie de Collias sont tombés : pour chacun des "pisseurs volontaires", qu'ils vivent à la campagne ou à la ville, on a trouvé à des taux divers, des traces de glyphosate : entre 0,3 à 3,6 microgrammes par litre. 3,31 microgrammes par exemple pour le maire de Collias, Benoit Garrec, qui a participé à l'expérience. 

"On est tous exposés, on n'a rien demandé." 

Benoit Garrec, le maire de Collias

Des plaintes déposées

Les résultats désormais connus, la grande majorité des habitants qui a participé aux tests va porter plainte pour "atteinte à l'environnement, tromperie aggravée et mise en danger de la vie d'autrui." Des plaintes groupées qui seront transmises au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris.  "Ça s'est fait par le biais d'une association Glyphosate 30, qui fait partie d'une association nationale qui collecte ces plaintes. C'est une seule plainte au global, comme ce qui a été fait pour le gaz de schiste."

"On a choisi l'arme juridique'

"C'est un empoisonnement"

Pour le maire, cette démarche vise à peser sur le gouvernement qui retarde à prendre une décision concernant le glyphosate. "Pour moi, c'est un empoisonnement. Il faut stopper ça tout de suite. Je ne vois aucun signe qui va dans le bons sens de la part du gouvernement." C'est donc l'aspect juridique que les "pisseurs volontaires" ont choisi. 

"Il faut stopper ça tout de suite !"

En France, les résultats d'une nouvelle étude sur la dangerosité ou non du glyphosate ne seront pas disponibles avant 2021.