Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Désert médical : des Mayennais refusent la fatalité

lundi 9 juillet 2018 à 17:11 Par Hugo Charpentier, France Bleu Mayenne

Face au manque de médecins, des citoyens mayennais s'organisent pour permettre à tous de se faire soigner.

Illustration
Illustration © Maxppp - Jean François Ottonello

Laval, France

Trouver un ophtalmo, obtenir un rendez-vous avec un ORL... il est parfois très difficile de se faire soigner en Mayenne. La faute à un nombre insuffisant de médecins et de spécialistes présents sur le département.  Pour aider les personnes en proie à des difficultés, des membres de l'association de Citoyens contre les déserts médicaux (ACCDM) ont tenu une permanence ce lundi matin à l’hôpital de Laval.

Pas de rendez-vous avant un an

Dans le hall d'entrée de l'hôpital, Joëlle, une petite femme d'une soixantaine d'années, s'arrête devant les tracts proposés par l'association. "Je suis arrivé à Laval il y a un peu plus d'un an et je connais bien le problème. Pour avoir un ophtalmo, pour avoir un médecin, c'est compliqué ici." Ce genre de témoignage, Michel Carréric les connait par cœur. Le secrétaire de l'association de Citoyens contre les déserts médicaux (ACCDM) connaît bien cette petite musique. "Il y a toujours des problèmes" déplore t-il, "les gens cherchent des médecins mais n'en trouvent pas. Et forcément c'est encore plus compliqué pendant les vacances..."

Et certains patients semblent résignés comme Claude qui s'est fait à l'idée que la Mayenne est bel et bien un désert médical. Cette retraitée vient tout juste de prendre un rendez-vous avec l'ORL de l'hôpital pour un contrôle de routine. Mais elle va devoir patienter... un an ! "J'espère que je n'aurais pas besoin de consulter avant", soupire t-elle dans un sourire. Les bénévoles s'activent, tentent de trouver une solution pour obtenir un rendez-vous plus rapidement mais ce n'est pas facile. Pour Michel Carréric, il n'existe qu'une solution : "Il nous faut plus de spécialistes, plus de généralistes. Et à un certain moment, il va peut-être falloir réfléchir sérieusement à une certaine régulation pour qu'ils aillent surtout dans les endroits où on en a le plus besoin".

Plus de 15% de Lavallois sans médecin traitant

En attendant, c'est la solidarité entre citoyens qui permet à certains Mayennais de se soigner. Et la situation ne devrait pas s’améliorer dans les prochaines années estime le docteur Dominique Demange. Egalement bénévole, ce médecin généraliste occupe un cabinet à Hilard.  Selon lui, 8 000 Lavallois n'ont pas de médecin traitant : "tous les matins ces personnes se posent la question de savoir où ils vont pouvoir aller si ils ont besoin d'un premier recours". 

Pour le docteur Demange cela explique aussi l'engorgement des urgences de puis deux ans, "des patients ne se posent même plus la question  de savoir si ils vont essayer de trouver un cabinet, ils vont directement aux urgences". Ce médecin réclame un sursaut des pouvoirs publics :"Si on ne fait pas venir de jeunes médecins, ce n’est pas 8 000 mais 15 000 voire 20 000 personnes qui se retrouveront sans réponse." Dominique Demange pense partir à la retraite d'ici "quatre ou cinq ans" et l'idée de fermer son cabinet sans trouver de repreneur l’inquiète fortement."C'est 4 000 personnes de plus qui n'auront plus de médecin, cette situation me hante..."