Santé – Sciences

Déserts médicaux : les maires de l’Yonne à la recherche d’un médecin se font parfois avoir

Par Delphine Martin et Renaud Candelier, France Bleu Auxerre mercredi 11 octobre 2017 à 19:17

Plusieurs villages de l'Yonne cherchent désespérément des médecins généralistes.
Plusieurs villages de l'Yonne cherchent désespérément des médecins généralistes. © Maxppp -

Le gouvernement doit annoncer vendredi 13 octobre des mesures pour lutter contre les déserts médicaux. Dans l’Yonne, les maires sont parfois sollicités par des sociétés spécialisées qui leur vendent des services loin d’être satisfaisants. Parfois, on n’est pas loin de l’arnaque.

Le constat n’est pas récent : le département de l’Yonne est ce qu’on appelle un désert médical. Il y a chez nous, selon les chiffres de 2016, 78 médecins généralistes pour 100 000 habitants. C'est bien en-dessous de la moyenne nationale, qui est de 104 médecins pour 100 000 habitants. C'est aussi bien en-dessous de la moyenne régionale en Bourgogne, qui est de 91 pour 100 000.

Les médecins de l’Yonne partent à la retraite et trop peu de jeunes praticiens s’installent dans le département. Cette situation inquiète les habitants et les élus, qui multiplient les initiatives pour attirer des médecins.

"On est sollicité par des groupes qui se disent très performants et qui vous demandent entre 15 000 et 18 000 euros, sans garantie" - Stéphane Pérennès, le maire de Gron

Ce que l’on sait moins, c’est que cette situation engendre aussi un véritable commerce. Des sociétés spécialisées contactent les collectivités pour leur vendre des solutions « clés en main ». Des solutions qui ne sont, hélas, pas toujours satisfaisantes.

"On est sollicité par des sociétés qui nous demandent entre 15 et 18 000 euros pour avoir un médecin. Sans certitude" - Stéphane Pérennès, le maire de Gron

Stéphane Pérennès, le maire de Gron, est actuellement à la recherche d'un ou plusieurs généralistes. Il peut en témoigner : "on est sollicité par des groupes qui se disent extrêmement performants, qui se présentent comme de véritables « usines à médecins", et qui vous demandent entre 15 000 et 18 000 euros pour avoir un médecin. Il faut mettre entre 4 000 et 8 000 euros sur la table pour commencer, ensuite, on vous promet un médecin dans les six mois. Et si vous êtes satisfaits, vous versez le reste de la somme. Sauf qu’il n’y aucune certitude", ajoute l’élu, qui a décliné la proposition.

Parfois, les médecins ne restent que peu de temps, quelques mois tout au plus. Et tant pis pour les communes, qui ont perdu leur argent. Cette mésaventure, Guy Crost, l’ancien maire de Malay le Grand, l’a vécue il y a quelques années : "On s’est laissé séduire par un cabinet qui nous avait pris, à l’époque, 4 000 euros. Ils nous avaient trouvé un médecin mais après 6 ou 8 mois de présence, il a été débauché par une autre commune de l’Yonne", soupire l’ancien élu.

"Dans plusieurs cas, les médecins qui se sont installés à la suite de ces démarches ne sont pas restés très longtemps" - Pierre Guichard, ARS

Certaines sociétés vendent même des listes, sans garantie de résultat. Ces pratiques, l’Agence régionale de Santé ne les encourage pas : "Notre position, c’est que l’agence ne participe au financement de ces budgets. Dans plusieurs cas, les médecins qui se sont installés à la suite de ces démarches ne sont pas restés très longtemps", explique Pierre Guichard, l'un des représentants de l’ARS.

Autre problème : ces praticiens sont souvent d'origine étrangère et l'ordre des médecins ne leur donne pas toujours son accord pour pratiquer dans l'Yonne, notamment faute d'une bonne maîtrise du français. Aucune des agences de recrutement médical contactée n'a pas donné suite à nos sollicitations.

"Le business de la recherche de médecins" - le reportage de Renaud Candelier

  - Visactu
© Visactu