Santé – Sciences

Déserts médicaux : les médecins drômois pas convaincus par le plan du gouvernement

Par Maxime Bacquié, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 13 octobre 2017 à 16:49

Le nombre de maisons médicales va doubler en France d'ici cinq ans promet le gourvenement.
Le nombre de maisons médicales va doubler en France d'ici cinq ans promet le gourvenement. - Maxppp

Alors que le gouvernement annonce ce vendredi la création de 1 000 maisons médicales d'ici cinq ans en France, dans le cadre du plan pour lutter contre les déserts médicaux, le syndicat MG France, dans la Drôme, reste sceptique sur ces annonces et attends des actes.

"Vu la situation, ce ne sont plus des annonces qu'il faut, mais des actions concrètes," réagit Karim Tabet, président du syndicat MG France dans la Drôme. Un peu plus tôt, ce vendredi, le gouvernement, par la voix de son Premier ministre Edouard Ministre, a annoncé une série de mesures devant à terme lutter contre les déserts médicaux en France.

Seulement neuf maisons médicales labellisées par l'ARS dans la Drôme

Parmi les mesures à signaler, la création de 300 postes de médecins partagés, qui travailleront à la fois à l'hôpital et dans des cabinets de médecins. La télémédecine va aussi être renforcé, notamment dans les Ehpad, qui seront tous équipés avec du matériel spécialisé d'ici 2020. Enfin, le gouvernement va débloquer 400 millions d'euros pour créer d'ici cinq ans 1.000 maisons médicales supplémentaires, alors qu'on en compte 900 aujourd'hui en France.

Dans la Drôme, seulement neuf maisons médicales sont labellisées selon les critères de l'ARS, il y a donc urgence à construire ces structures. "Bien sûr que les jeunes ont envie de se regrouper," confirme Karim Tabet. "Mais ça ne suffira pas à les attirer dans les zones rurales, où la plupart des services publiques ont eux-mêmes désertés. Il n'y a pas une seule solution, ça se saurait sinon". Dans la Drôme, le nombre de médecins généralistes ne fait que baisser dans le département. On en compte 420 aujourd'hui, un chiffre en baisse de 5 % par rapport à 2015. En Ardèche le chiffre est stable avec aujourd'hui 350 médecins généralistes installés dans le département.