Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Deux cas de peste porcine africaine confirmés en Belgique près de la frontière française

jeudi 13 septembre 2018 à 20:53 - Mis à jour le vendredi 14 septembre 2018 à 9:16 Par Viviane Le Guen, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Les autorités belges ont confirmé ce jeudi avoir repéré deux sangliers atteints de peste porcine africaine à une dizaine de kilomètres de la frontière française. Le ministre de l'Agriculture français a demandé aux préfets des départements frontaliers de protéger les élevages porcins.

Deux cas de peste porcine africaine sur des sangliers ont été confirmés en Belgique près de la frontière française.
Deux cas de peste porcine africaine sur des sangliers ont été confirmés en Belgique près de la frontière française. © Maxppp - Christian Watier

Les autorités sanitaires belges ont confirmé ce jeudi avoir détecté deux cas de peste porcine africaine sur des sangliers en Belgique sur la commune d'Etalle, à une dizaine de kilomètres de la frontière française.

Cette confirmation "constitue une progression inédite de la maladie qui exige une réponse à la hauteur des enjeux économiques considérables pour les filières agroalimentaires françaises", a réagi le ministère de l'Agriculture français dans un communiqué. 

Stéphane Travert a demandé aux préfets des départements frontaliers - Ardennes, Meuse, Moselle et Meurthe-et-Moselle - de mettre en place immédiatement un plan d'action renforcé contre la peste porcine africaine (PPA).

Pas de vaccin, ni de traitement

Ce plan prévoit sur ces quatre départements "des mesures de zonage, de restrictions de certaines activités comme la chasse et de surveillance renforcée des élevages et de la faune sauvage" ainsi que "le renforcement des mesures de biosécurité pour éviter l'introduction du virus dans les élevages porcins et des mesures de surveillance en abattoir".

Le ministère rappelle que "l'entrée de toute personne dans une exploitation agricole ne doit s'effectuer qu'après autorisation préalable des éleveurs et dans le respect de toutes les mesures d'hygiène et de biosécurité requises".

A la fin du mois d'août, la présidente du principal syndicat agricole français FNSEA, Christiane Lambert, s'était inquiétée des risques de transmission dans les fermes de la peste porcine africaine, déjà présente en Europe de l'Est, où certaines sociétés de chasse importent des sangliers pour leurs élevages de gibier. 

Il n'existe ni vaccin, ni traitement contre ce virus qui ne touche que les porcs et les sangliers.