Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux chiens meurent de la maladie d'Aujeszky en Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu

L'affaire est prise est sérieux par les autorités. Deux chiens sont morts de la maladie d'Aujeszky dans le Vaucluse. Les animaux ont été en contact avec un sanglier porteur de la maladie. Les propriétaires de chiens et les éleveurs de porcs sont appelés à la plus grande vigilance.

Des sangliers du Vaucluse porteurs de la maladie
Des sangliers du Vaucluse porteurs de la maladie © Radio France - Emmanuel Claverie

C'est une affaire sérieuse. Deux chiens de race Border Collie ont succombé fin avril à Auribeau dans le Vaucluse à la maladie d'Aujeszky après avoir été en contact, quelques jours avant l'apparition des symptômes, avec un sanglier dans le Luberon. Ils se sont contaminés en mordant l'animal

Cette maladie, appelée aussi "pseudo rage", provoque une encéphalite mortelle à 100% chez les carnivores. Lorsqu'ils en sont atteints, les chiens deviennent apathiques, ils se grattent la face jusqu'à s'infliger d'importantes lésions avant de tomber dans le coma puis de mourir.

Ces deux décès confirment que "les sangliers présents dans le département sont pour certains porteurs de cette maladie", indique la préfecture de Vaucluse dans un communiqué publié ce jeudi. D'autres cas de contamination auraient été constatés dans la région, dans le Var en particulier ainsi que dans le reste de la France. L'an dernier un élevage de porcs vauclusien avait dû abattre son cheptel atteint par la maladie.

Quelles recommandations ? 

Face à ce foyer, les autorités rappellent d'abord que l'homme n'est pas sensible à la maladie. Aucune contamination n'est possible par contact avec un chien malade ou par ingestion d'une viande issue d'un suidé malade (sanglier ou porc.) 

Les éleveurs de porc sont invités à renforcer les mesures de séparation entre leurs animaux et les sangliers. Les propriétaires de chiens doivent veiller à éviter des contacts avec la faune sauvage et ils doivent exclure la viande crue (de porc et surtout de sanglier) de l'alimentation de leur animal. Cette viande qui peut être consommée par l'homme doit être cuite à cœur et surtout pas utilisée pour faire de la charcuterie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess