Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux Manchois sur le point de révolutionner un geste médical courant ont besoin de soutiens!

-
Par , France Bleu Cotentin

Deux Manchois originaires de La Haye-Pesnel veulent faciliter la pratique de la recherche de "gaz du sang". Leur projet a déjà remporté 2 concours d'innovation. Ils sont en lice pour un 3e prix.

Le dispositif Blood'Up doit permettre de limiter les échecs dans la recherche des gaz du sang, un geste médical pratiqué toutes les deux secondes en France.
Le dispositif Blood'Up doit permettre de limiter les échecs dans la recherche des gaz du sang, un geste médical pratiqué toutes les deux secondes en France. - Arterya

A vos ordinateurs pour soutenir un projet manchois qui pourrait révolutionner un geste médical ultra répandu dans les hôpitaux : la recherche du "gaz du sang". C'est une prise de sang réalisée toutes les deux secondes à l'hôpital en France, notamment avant l'entrée en réanimation. Le geste est très technique mais reste très archaïque. 

Un prototype de bracelet pour 100% de réussite

Voilà deux ans que Lucile Derly et Nicodème Pellier, tous deux originaires de La Haye-Pesnel, planchent sur leur projet. C'est Nicodème, étudiant en chirurgie qui a soumis un défi à Lucile, alors élève ingénieur. "Durant ses études il a fait le constat qu'il y avait un problème avec la pratique du gaz du sang", explique Lucile Derly. "Il m'a demandé si, avec mon regard d'ingénieur, je pouvais trouver une solution. C'est autour de cette ambition que nous avons créé notre société Arterya". Depuis un an, la jeune ingénieure travaille à plein temps sur un prototype de bracelet appelé Blood'Up qui pourrait aider les soignants dans leur pratique de la recherche du gaz de sang. "Ca peut paraître un acte anodin car ça ressemble à une prise de sang sauf que l'on pique au poignet, dans l'artère qui n'est pas visible. _Dans 30% des cas, c'est un échec qui entraîne des douleurs et parfois des hémorragies_", précise celle qui est désormais présidente de la jeune société Arterya. 

Nous avons bon espoir de lancer les essais cliniques à l'automne.

Le bracelet prototype mis au point par les deux associés dispose de capteurs qui détectent l'emplacement de l'artère et signale grâce à des faisceaux lumineux, le point idéal pour pratiquer la prise de sang. "Nous sommes encore en phase de recherche pour trouver la technologie idéale mais nous avons bon espoir de disposer d'un prototype au point pour des essais cliniques à partir de l'automne", annonce Lucile Derly. 

Besoin du soutien des Normands pour remporter un concours national d'innovation

Seulement la recherche et le développement coûtent cher. Les deux amis d'enfance ont trouvé des financements participatifs, et on pu s'appuyer sur les dotations décrochées en remportant deux concours d'innovations. Et ils ne comptent pas en rester là. "Nous sommes _bien placés pour remporter les 60 000 euros de la finale régionale du concours "La Fabrique Aviva"_, ce qui nous qualifierait pour la finale nationale dotée de 100 000 euros pour le premier prix", s'enthousiasme la jeune ingénieure. Pour décrocher ce prix, le projet doit arriver en tête des soutiens des internautes sur le site lafabriqueaviva.fr, et ce d'ici le 9 février.

Quel que soit le résultat de ce concours, l'ambition des jeunes fondateurs de la société Arterya, c'est d'obtenir les habilitations pour leur bracelet Blood'Up l'année prochaine, pour un début de commercialisation en 2023. D'ici là, ils font également attention à protéger leur idée et leur technologie qui pourrait intéresser des hôpitaux du monde entier. 

Les amis d'enfance, Lucile Derly et Nicodème Pellier, sont désormais présidente et directeur général d'Arterya.
Les amis d'enfance, Lucile Derly et Nicodème Pellier, sont désormais présidente et directeur général d'Arterya. - Arterya
Choix de la station

À venir dansDanssecondess