Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Deux médecins manceaux créent une appli pour détecter le cancer du poumon

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Cette application, à télécharger sur votre smartphone, propose un questionnaire d'évaluation en treize questions. Après l'avoir rempli, vous saurez s'il faut ou non consulter un médecin. L'enjeu est important car dans 80% des cas les cancers du poumon, pris trop tard, sont incurables.

Une campagne d'information est en cours dans l'agglomération du Mans
Une campagne d'information est en cours dans l'agglomération du Mans - Auteur : Mans et Conseil départemental

Le Mans, France

L'application "Smokecheck" se présente sous la forme d'une série de treize questions écrites par des médecins spécialisés, explique le docteur Fabrice Denis, oncologue - radiothérapeute à l'Institut Jean Bernard de cancérologie au Mans : "par exemple une perte de poids inexpliquée, une toux persistante, une fatigue inhabituelle, un essoufflement de plus en plus marqué". Une fois ce questionnaire rempli, le fumeur sait s'il doit ou non consulter un médecin. 

Un cancer des poumons, pris à temps, peut être guéri

Le patient peut, bien sûr, prendre rendez-vous avec son médecin traitant. Il a aussi la possibilité - c'est nouveau ! - de contacter l'infirmière coordinatrice du service des maladies respiratoires de l'hôpital du Mans pour réaliser des examens complémentaires. Il est important de réagir vite, prévient le docteur François Goupil, le chef de ce service : "du fait de leur dépendance au tabac, les fumeurs sont souvent dans le déni ou dans la culpabilité. Résultat : beaucoup de gens consultent trop tard. Nous, pneumologues, nous voyons des cancers à des stades évolués alors que les symptômes avaient débuté quelques mois auparavant. Si nous avions pu prendre ces patients en charge plus tôt, le pronostic aurait pu être changé. On aurait pu éviter une opération ou une chimiothérapie". Dans 80% des cas, rappellent ces deux médecins sarthois, les cancers du poumon sont pris trop tard. Ils sont, de ce fait, incurables.